Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Margin Call » de J.C. Chandor

« Margin Call » de J.C. Chandor

Publié par Rédacteur, le 22 janvier 2012

L’histoire se déroule en 2008, au cœur d’une banque d’investissement de New York. Elle découvre en son sein des actifs toxiques dont elle va devoir se séparer à la réouverture des marchés, elle réalise alors la catastrophe inévitable qui s’annonce et à l’origine du krach boursier.

Afin de sauver un maximum l’entreprise, la seule solution est de ruiner les autres. Il faut revendre les actions du groupe alors qu’elles n’auront plus de valeur.

L’histoire du film retrace donc le moment où un membre de l’équipe de trader découvre la tragique issue, s’en suivra le déroulement de toute une nuit de travail à huis clos et du lendemain fatidique.

Le film ne manque pas de crédibilité mais il est à déplorer qu’il  ne surprend à aucun moment. Le scénario, certes détaillé dans la problématique qu’il traite, se veut monotone, sans rebondissement soudain. A aucun moment, durant la projection, nous n’avons été tenues en haleine par l’une ou l’autre accroche malgré un casting très alléchant : Kevin Spacey, Jeremy Irons, Demi Moore, Paul Bettany, Simon Baker,….

Il faut souligner cependant la volonté du réalisateur et Scénariste de s’attaquer à un tel sujet qui reste rarement exploité et abordé au sein du cinéma. Il est clair que ce film se voulait être d’avantage intelligible qu’émotionnel. C’est peut être dans ce cadre là que nous nous sommes posé la question du choix du film pour le Ramdam Festival.

En effet, le film ne nous a pas dérangé, ni bousculé, juste éclairé sur les détails, parfois complexes car techniques, d’une longue nuit de travail d’une équipe de traders enclin à réfléchir à une stratégie de travail adaptée. Nuit qui fût également longue pour nous aussi. Il a manqué ce côté  « ramdanesque », original et « anti grosse production » qui fait le charme de ce festival mais qui, rappelons-le, n’en demeure pas moins un festival de qualité.

Stellina Huvenne et Nathanaëlle Bouquegneau