Strayed, d’Akan Satayev

Publié par , le 28 mai 2011

Strayed est un film qui met en garde contre les raccourcis impulsif. De plus dans la steppe kazakhe, c’est pas l’idéal. Notre héros commence à perdre le nord s’énerve contre madame et son fils et va piquer un roupillon car la voiture ne démarre plus. Quand il se réveille, plus personne. Après avoir marché et s’être égaré pendant des heures pour les retrouver, il aperçoit une cabane à distance raisonnable. Il y rencontrera un vieux sage et sa fille mystérieuse (une beauté kazakhe entre Liv Tyler et Monica Belucci) et trop muette pour être honnête. Est-ce que ce sont eux qui se sont occupés de la famille ou pourront-ils l’aider à les retrouver ?

Satayev a réussi dans son pays avec ce film. Le Kazakhstan en est même tellement fier qu’il l’a envoyé pour l’Oscar du film étranger de l’année prochaine. Va-t-il seulement réussir à l’étranger ? Peut-être que oui, car le huis clos désertique et paranoïaque est au point, Satayev montre une maîtrise de la réalisation convaincante et l’acteur principal (Andrey Merzlikin) livre une prestation à couper le souffle. Peut être que non, car malgré un démarrage passionnant, le film risque de faire tourner en rond ses spectateurs, pour ne pas dire les lasser. Car oui, Strayed est très lent. Le dénouement final s’embarque aussi dans un délire judéo-chrétien finalement pas si intéressant que ça.

Comme beaucoup des films du BIFFF, le dénouement n’est que rarement à la hauteur des trente premières minutes des films. Mais à l’inverse, Satayev bourré de talents peut mieux faire. Et si on en croit les rumeurs, c’est avec peut être Kevin Costner qu’il rebondira avec un film sur l’histoire des Mongols. Wait and see…

Bande-Annonce : http://www.youtube.com/watch ?v=ipDSIWFUFi8&feature=player_embedded

Loïc Smars

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...