Festival Eop ! Hasta la Vista doublement récompensé

Publié par , le 5 décembre 2011

Dimanche soir, la première édition du festival Eop! tirait sa révérence par la traditionnelle remise de prix. L’occasion pour les organisateurs de revenir sur le déroulement de celui-ci et l’engouement d’un public pour un thème cinématographique hors du commun.

Luc Boland, le président, prit le micro en premier pour saluer le succès que connu le festival tout au long des trois jours de projections. Ce festival fût un pari osé en cette période de crise financière et politique que traverse la Belgique, nous raconta par la suite la présidente du festival analogue en Grèce qui, lui, ne connaitra pas de prochaine édition suite aux mesures d’austérité imposées par le gouvernement hellénique.

Ce sont donc à des discours pleins d’émotions mais aussi d’espoirs auquels nous avons eu droit. Espoir, c’est résolument le mot du week-end, l’espoir de voir la vie des personnes handicapées s’améliorer, l’espoir de conscientiser la population face à certains problèmes auxquels ces personnes font faces, l’espoir d’une insertion plus complète dans la société, … Un futur est encore à construire dans ce domaine même si, ces dernières années, de nombreuses barrières ont déjà été franchies.

Revenons maintenant à la remise des prix. Hier soir, c’était la première fois que je partageais entièrement le palmarès avec le jury et le public. En effet, à chaque festival, mes pronostics tombaient souvent à l’eau et des films me paraissant quelques fois ennuyeux gagnaient les trophées tant convoités. Ici, mon coeur chavirait pour Hasta la Vista de Geoffrey Enthoven et, sans grand étonnement de ma part, il rafla deux prix : celui du public et celui de Cap 48.

Enfin, parlons brièvement du documentaire qui nous a été présenté en clôture, Monica & David. Ce documentaire américain nous plongeait au coeur d’une famille dont la fille trisomique allait se marier avec un garçon atteint de la même pathologie. Réalisé de bien belle manière, le reportage ne faisait que relater l’expérience de vie d’une famille somme toute ordinaire. Cela nous permettait de nous forger notre propre ressenti face à cet obstacle que la vie pose quelques fois. Un documentaire intéressant et rempli d’objectivité, chose rare dans le cinéma d’outre-atlantique.

Pour terminer, nous saluons le travail de tous les bénévoles et toutes les personnes qui ont oeuvrées au succès de ce nouveau festival qui est petit par la taille mais grand par la générosité.

Matthieu Matthys

Le palmarés

GRAND PRIX RTBF / FESTIVAL EOP! : « DV8, THE COST OF LIVING » de Lloyd Newson (Grande-Bretagne)

Ce prix consiste en un préachat d’une valeur de 5000€ en vue de la diffusion du film sur les antennes de la RTBF. Il a été remis au comédien et danseur David Toole.

PRIX RTBF du Court Métrage : « LUNEVILLE » de Sébastien Petit (Belgique)

Ce prix consiste en un préachat en vue de la diffusion du film sur la RTBF La Trois. Il a été remis au réalisateur et aux comédiens Stéphanie Darsoulant et Christian De Backer.

PRIX CAP 48 : « HASTA LA VISTA » de Geoffrey Enthoven (Belgique)

Le prix a été remis à la comédienne Isabelle De Hertogh.

PRIX SACD-SCAM : « NOBODY’S PERFECT » de Niko Von Glasgow (Allemagne)

Ce prix d’une valeur de 2000€, offert par la Société des Auteurs et Compositeurs d’Art Dramatique et la Société Civile des Auteurs Multimédia, a été remis à la protagoniste Bianca Vogel.

PRIX DU PUBLIC – long métrage : « HASTA LA VISTA » de Geoffrey Enthoven (Belgique)

Le prix a été remis à la comédienne Isabelle De Hertogh.

PRIX DU PUBLIC – court métrage : « MON PETIT FRERE DE LA LUNE » de Frédéric Philibert (France).

Le prix a été remis au réalisateur.

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...