Tous les deuxièmes lundis du mois : Slam La Vie !

Publié par , le 16 décembre 2011

Ce lundi se tenait au Théâtre de la Vie la dernière édition 2011 de « Slam à la vie », réunissant jeunes
et moins jeunes pour deux heures de scène ouverte à tout un chacun. Le public est enthousiaste et
les slams pleuvent, aussi variés que l’âge ou le style de ceux qui les déclament.

Mais comment cette idée de scène ouverte est-elle née ? Le Bourlingueur du Net est allé à la
rencontre des initiateurs de ce projet original et qui permet à qui veut de s’exprimer en slam.

En janvier 2008, l’Atelier Théâtre de la Vie invite le slammeur Grand Corps Malade dans le cadre du
cycle Témoins de notre temps, à la suite de cette rencontre et vu la ferveur du public, Herbert Rolland
(fondateur et directeur du Théâtre de la Vie, décédé en 2010) et Claudia Gäbler (co-directrice du
théâtre à l’époque et actuelle directrice) décident de monter un projet : une scène ouverte pour les
slammeurs à Bruxelles, les lieux du genre manquant cruellement aux artistes et fervents du genre
pourtant de plus en plus nombreux. Dès mars 2008, le projet Slam à la Vie est lancé et le succès est
directement au rendez-vous.

Chaque deuxième lundi du mois, les slammeurs de Bruxelles se réunissent donc au Théâtre de la Vie
devant un public hétéroclite composé de curieux, d’amis, de slammeurs invétérés ou de débutants
et pleuvent alors les rimes, les moments de revendications ou de tendresse, l’humour se mêle aux
textes graves afin de nous offrir un bon moment. Le public est assidu et fidèle et l’on peut retrouver
presque chaque mois les mêmes têtes auxquelles s’ajoutent celle de nouveaux venus désireux de
s’exprimer publiquement sur des sujets qui leur tiennent à cœur. La seule finalité du projet est d’être
entendu, d’exprimer son ressenti sur les choses de la vie. Si certains sont plus hésitants que d’autres
et que l’on ne retrouve pas la même qualité de texte ou de phrasé chez tous, l’intention en soi est
louable.

Cette année, le Théâtre de la Vie a d’ailleurs collaboré avec l’asbl Lezards Urbains pour l’accueil de
la demi-finale des Prix des Paroles Urbains, preuve supplémentaire de l’implantation croissante à
Bruxelles d’un genre trop souvent considéré comme un sous-genre du rap.

Enfin, voici selon le Théâtre de la Vie les 7 règles principales du slam chez eux, avis aux amateurs.

Règles du slam :

1. Les soirées slam sont ouvertes à tous et à toutes, sans aucune distinction d’âge, de sexe, de

couleur, de religion…

2. Les slameurs peuvent traiter de n’importe quel sujet, dans n’importe quel style.

3. Le slam se fait a cappella, sans instruments de musique ni musique pré-enregistrée.

4. Le slam ne s’accompagne pas d’accessoires, ni de costume ni de déguisement. La

performance repose sur le texte du « poète » et sur sa relation avec le public.

5. Sauf travail préparé à plusieurs, il ne passera sur scène qu’un intervenant à la fois.

6. Chaque passage est limité à un texte, de 5 minutes maximum.

7. Chaque slammeur a droit à un verre offert.

Olivier EGGERMONT

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...