David Mazzucchelli : Asterios Polyp

Publié par , le 29 décembre 2011

Il y a deux façons d’aborder un plan : « par la ligne ou par la forme » affirme Astérios Polyp à ses élèves. Et s’il y avait également deux façons de parler du dernier pavé de David Mazzucchelli ?

Astérios est architecte, il est même assez carré dans sa vision du monde et le travail éditorial semble suivre cette idée. L’album est beau, très travaillé et soigné jusque dans les moindres détails. Il n’y a qu’à voir la silhouette d’Astérios marquée dans le cartonnage de la couverture, les angles bien carrés et, « cherry on the cake », le tout sur  papier recyclé. Comme en architecture, on a étudié la réalisation au maximum en ne laissant rien au hasard. Bref, on jurerait que le personnage principal soit passé lui-même dans les bureaux de Casterman pour mettre sur plan la maquette de cet album. Un bien bel album par la forme donc.  Alors qu’un incendie serait pour tout le monde le début de la fin, un passage sombre dans la vie, Astérios, lui, en profite pour redémarrer la sienne.

Mazzucchelli surprend. Nous sommes loin ici de l’univers d’un Batman ou autre super héros comme l’a déjà réalisé l’auteur, c’en est même l’inverse. Astérios est un personnage on ne peut plus normal, banal, avec ses défauts et ses qualités dont principalement celle d’être un architecte de renom bien qu’aucun de ses projets n’aient jamais été réalisés.

C’est avec une certaine créativité et une certaine audace que David Mazzucchelli trace la vie de son personnage avec une vraie inventivité, un vrai travail graphique, aussi bien dans le trait du dessin, la structure en flash-back du récit ou la décomposition de chaque page par la forme et la couleur.

Le dessin est bien souvent synthétique, mais précis quand il s’agit de la vie de notre architecte, reflet donc de sa personnalité. Le traitement est plus lâché, plus rough, plus décalé, plus inventif quand la vie des autres est expliquée. De même pour les couleurs, à chaque période de la vie d’Astérios, sa couleur, la jaune étant celle de sa nouvelle vie, un retour à la vie après l’incendie.

Une ligne graphique et narrative qui colle au mieux à la vie d’Astérios faite de philosophies, de théories, d’amour et surtout…D’un énorme égocentrisme. Astérios sait tout mieux que vous et vous, que feriez-vous  si vous deviez tout recommencer ?

Un album qui n’a pas démérité les nombreux prix reçus, aux USA comme en Europe.

Une plongée forte dans la vie d’un personnage finalement pas si extraordinaire que cela mais dont la maîtrise graphique, les couleurs, les réflexions sur le monde qui nous entoure, qu’il soit artistique, musical ou autre, font de cet Astérios Polyp un album vivement recommandé, un petit régal de lecture simple et complexe à la fois.

Asterios Polyp

Editeur : Casterman

Auteur : David Mazzucchelli

315 planches

Nicolas Clarisse

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...