Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » BELLAGAMBA Ugo : Tancrède, une uchronie

Littérature BELLAGAMBA Ugo : Tancrède, une uchronie

Publié par Rédacteur, le 22 avril 2012

L’idée d’un renversement de la Croisade, à cause d’un Croisé qui ne supporte plus les mensonges et compromissions diverses et qui, passant de l’autre bord, donne la victoire aux musulmans, semble avoir travaillé Ugo. En complément à cette histoire où Tancrède et Gaston de Bearn, munis des manuscrits retrouvés de Heron d’Alexandrie, lancent la reconquête de Jérusalem, puis de toute l’Asie mineure, il nous donne une nouvelle plus ancienne où certains Templiers menaient à la victoire totale les armées musulmanes. Seulement, et même si l’idéalisation d’un islam éclairé qui avait déjà disparu ou presque au temps des Croisades et la volonté de présenter comme une euchronie (un monde meilleur) la victoire de l’Islam éclairé et unifié, peut séduire, la quantité d’entorses à la réalité historique, celle dont Ugo nous rappelle que, d’une certaine façon, elle rend fictive son uchronie, me paraît néanmoins extrême.

La question de base habituelle de l’uchronie, « Que se serait-il passé si… », a été remplacée ici par « Qu’aurait-il fallu pour que… ». Ce qui n’est pas une question moins intéressante d’ailleurs, même si l’idée de mélanger Ibn Sena (Avicenne) et le Vieux de la Montagne, qui était probablement plutôt un fanatique religieux qu’un savant, l’idée d’enlever au mot Assassin sa racine historique (hascichins), l’idée de rendre possible la redécouverte d’une part importante des manuscrits (ou plutôt des papyrus) de la bibliothèque d’Alexandrie, donnent une quantité de modifications nécessaires un peu excessive pour moi. Sans oublier la façon de raisonner excessivement moderne du narrateur, Tancrède, et de Gaston de Bearn.

Mais si on remet l’histoire dans son cadre de fiction pure, de divertissement sur la possibilité d’un univers totalement différent, cadre d’ailleurs clairement annoncé par Ugo, et sur la ré-exploitation différente d’idées et de personnages tiré(e)s de sources clairement rappelées dans la bibliographie finale, le roman devient intéressant, justifie cette énorme suspension d’incrédulité, le plaisir de suivre cette histoire hautement imaginaire, et certaines descriptions, certains épisodes historiques, même décrit(e)s par un narrateur doté d’une conscience anachronique, sont absolument passionnant(e)s.

Un bon roman donc, une histoire qui n’est pas vraiment alternative, seulement impossible… Imaginaire… Fantaisiste. Et agréable à lire…

Tancrède, une uchronie par Ugo Bellagamba, illustration de Rudolf Ernst, Gallimard, Folio SF n°416, 2012, 374p., ISBN 9-782070-442898

Georges Bormand