Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » BIZIEN Jean-Luc : La Frontière des ténèbres

Littérature BIZIEN Jean-Luc : La Frontière des ténèbres

Publié par Marc Bailly, le 7 décembre 2011

J’ai vraiment l’impression qu’on se fiche de nous… « Redoutablement efficace » dit Maxime Chattam sur un bandeau autour du livre. J’avoue ne pas comprendre le « redoutablement efficace » !!! Car côté efficacité j’ai déjà trouvé beaucoup mieux.

On nous vend ça comme une enquête sur un double meurtre dans un village de Corée où tout est surveillé par caméra, où les gens qui y habitent possèdent des puces qui suivent chacun de leur mouvement. Donc tout meurtre semble impossible sans trouver immédiatement le coupable.

Seth Ballahan – que l’on retrouve ici dans cette deuxième aventure – est engagé pour enquêter. Il y découvre avec stupéfaction Paok Dong-Soo que l’on annonçait mort. Ce dernier se porte volontaire pour mener l’enquête en immersion en échange d’une chose : repasser la frontière vers la Corée du Nord pour retrouver sa femme et son fils et les exfiltrer en Chine.

Alors, comme ça, oui, le roman a l’air attrayant. Seulement… Seulement… Les 150 premières pages sont consacrées à l’enquête sur les meurtres, à la présentation de Seth Ballahan et à la présentation de sa femme et de sa fille adoptive. L’enquête est vite bouclée avec des retournements concernant Seth (fallait s’en douter). Et les 300 autres pages sont consacrées à l’infiltration de Paok Dong-Soo en Corée du Nord. Il est suivi par un drone qui retransmet les images par satellite. Ce drone est vite repéré par les Coréens du Nord. Paok Dong-Soo arrive, malgré toute l’armée qui est à ses trousses, à sauver sa famille, à fuir sans vraiment beaucoup de difficulté.

Et c’est là que le bât blesse en ce qui me concerne. 150 pages d’introduction qui ne vont pas servir à grand chose pour la suite de l’histoire, une infiltration en Corée du Nord qui est un des pays les plus protégés au monde, Seth Ballahan qui est mis là on ne sait pas trop bien pourquoi, etc.

En fait, oui, comme vous l’aurez compris, j’ai été déçu par ce roman, alors que j’apprécie l’auteur, et l’auteur de la banderole…

Peut mieux faire quoi !!

Jean-Luc Bizien, La Frontière des ténèbres, 452 p., Editions du Toucan

Marc Bailly