Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » CARTER Chris : La marque du tueur

Littérature CARTER Chris : La marque du tueur

Publié par Rédacteur, le 11 juin 2012

Ce que dit le quatrième de couv’ : A L.A. un ange de plus s’en est allé… Une jeune femme a été retrouvée assassinée, le visage arraché. Mais pour le détective Rob Hunter, le fait le plus marquant se trouve sur la nuque de la victime : un morbide emblème taillé dans ses chairs… La marque du Tueur au double crucifix, arrêté deux ans plus tôt. Hunter repart en chasse. La première pour son nouveau coéquipier. Et peut-être la dernière s’ils ne trouvent pas le lien entre les victimes…

Le plaisir des hasards du net ! Alors que je surfe, à la recherche d’informations sur le devenir de Chris Carter, auteur et producteur de « X-Files », le petit Google me tricote un lien vers un homonyme, auteur de thriller ! Détour par son site, clair et bien fait. Découverte de trois romans… Dont deux sont déjà parus chez nous.

La Marque du Tueur s’avère de plus être nouvellement disponible en poche. Le décor est connu : Los Angeles dans toute sa diversité, entre fascination pour le rêve hollywoodien et déchéance des jeunes starlettes tombées dans les griffes des proxénètes. Le drame qui se noue, la poursuite d’un sérial killer retord (ceci dit, je vous l’accorde, les serial-killers équilibrés, aux fantasmes basiques font de moins bons antagonistes…) est l’occasion de découvrir un enquêteur sympathique, Robert Hunter, mélange improbable entre l’âpreté virile d’un John McClane/ Jack Reacher et le génie psychologique d’un Sherlock Holmes et surtout d’entrer de plein pied dans un univers où les frontières entre le bien et le mal se brouillent. Certes, Carter ne vise pas la complexité thématique d’un Michael Connelly. Ici, on reste dans le domaine du roman efficace, du « whodunnit » hérité d’Agatha Christie et d’un développement resserré de l’intrigue.

On regrettera peut-être certaines longueurs… Et une approche un rien maladroite des fausses pistes proposées aux lecteurs. Mais pour un premier roman, Carter s’en sort avec les honneurs. A découvrir donc.

La Marque du Tueur de Chris Carter. 536 p., Editions Pocket.

Christophe Corthouts