Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » CARTER Chris : Le prix de la peur

Littérature CARTER Chris : Le prix de la peur

Publié par Rédacteur, le 18 juin 2012

Ce que dit la quatrième de couv’ : Quelques jours avant Noël, clans une église de Los Angeles, le cadavre d’un prêtre est retrouvé sur les marches de l’autel. Sa tête a été remplacée par celle d’un chien. En charge de l’enquête, le détective Rob Hunter découvre qu’un cauchemar récurrent hantait le religieux : qu’on le décapite… Bientôt, les cadavres s’accumulent. Noyée ou brûlée vive, chaque victime meurt de la façon qu’elle redoutait le plus. Comment le tueur pouvait-il connaître leur pire angoisse ? Quel lien unit ses proies ? De qui le serial killer cherche-t-il à se venger ? Pour Rob, c’est le début d’une traque infernale au coeur de la jungle urbaine de la Cité des Anges, à la poursuite d’un tueur déterminé à faire payer le prix fort à ses victimes, le prix de la peur.

L’exercice du second roman n’est jamais chose aisée… Après le succès public de La Marque du Tueur, Chris Carter nous propose une deuxième enquête de Robert Hunter, croisement improbable entre les plus fins limiers britons et les flics durs à cuire de l’imaginaire américain.

Les choses démarrent plutôt « bien » avec un assassin aux méthodes gratinées, qui prend un temps exquis pour soumettre ses victimes à leurs peurs les plus profondes… mais la narration s’enfonce très vite dans la routine, un découpage excessif (les chapitres de trois, quatre pages sont courants…) et surtout une tentative de pimenter l’aventure avec une dose de fantastique… qui n’ose jamais dire son nom. On sent l’auteur attiré par l’idée du paranormal… mais le poids de l’éditeur, sans doute effrayé à l’idée de s’aliéner un public supposé rationnel, prend toute son importance au fil des pages. Le Prix de la Peur devient alors bancal, mélange improbable de deux univers vivants un mariage forcé. Dommage, parce que l’on sent Carter capable de bien plus… et surtout à l’aise dans la maniement d’un humour décalé qui rappelle les premiers romans d’un certain Robert Crais.

On rangera cette enquête dans le tiroir « peut mieux faire »… Et on attendra donc avec impatience la troisième enquête de Robert Hunter, intitulée The Night Stalker prévue dans quelques mois.

Le Prix de la Peur de Chris Carter, 446 p., Editions Les Escales

Christophe Corthouts