Festival Anima du 13 février au 22 février 2015

Publié par Clémentine Hérens, le 16 février 2015

© Otto Desenhos Animados

Critique :

Le Festival Anima propose un large panel de films. Parmi ceux-ci, des longs métrages très attendus du public ou plus discrets, pour les petits comme pour les jeunes et/ou adultes.

Pour les enfants, à partir de 3 à 5 ans, l’équipe a pu voir « Petit corbeau », film allemand (réalisé par Ute Von Munchow-Pohl) sorti en 2012, a ravi les familles présentes ! Sans tomber dans les clichés faciles des dessins animés mais en restant accessible à tous, ce long métrage (avec une morale mais pas moralisateur!) est une réussite.

« Le secret de la pierre lune » n’a, par contre, pas séduit l’équipe… Venant d’Estonie (réalisé par Heiki Ernits et Janno Poldma), ce long métrage datant de 2011 était une sorte d’ovni avec son scénario décousu et ses personnages peu charismatiques. Le film intégrait de la 3D dans l’animation qui n’était pas toujours pertinente, une petite déception.

Durant le festival, la bande annonce des « Moomins sur la Riviera » était largement diffusée ! Etant des enfants ayant grandi avec cette œuvre d’Uzi et Lotta Geffenblad (Finlande), l’équipe était très enthousiaste à l’idée de voir cette nouvelle production de 2014. Même si l’esprit reste fidèle malgré les années, le scénario était relativement décevant par rapport aux attentes du public. Les meilleurs juges étant les enfants, ceux-ci n’ont pas été captivés par la projection.

Les longs métrages pour jeunes et adultes ont aussi eu la part belle durant ce festival. Parmi eux, « Astérix – Le Domaine des dieux » a fait salle comble. Dernier film de la franchise, sorti en 2014 et réalisé par Alexandre Astier et Louis Clichy, le film souffle un vent de fraîcheur dont l’univers avait bien besoin. L’animation est beaucoup plus mise en valeur, le scénario et le casting (voix) bien pensés. C’est donc une belle relance pour la licence qui souffrait des derniers films sortis.

Si Astérix a eu du succès, Big Hero 6 a lui bénéficié d’un grand engouement de la part du public ! Un Disney dans l’air du temps qui est cohérent dans la tendance « super héros » actuelle. L’humour est présent sans tomber dans le mièvre parfois reproché à Disney. C’est en quelque sorte, un savant mélange entre Disney et Marvel !

« Until Sbornia do us part » a vraiment été une belle découverte pour l’équipe. Avec son design exceptionnel, son animation fluide et plaisante à regarder, ce long métrage brésilien d’Otto Guerra et Ennio Torresa Jr de 2013 mérite d’être beaucoup plus connu en Belgique ! Pour ne rien gâcher, le scénario était, quant à lui, bien exploité et les personnages diversifiés et attachants.

Le long métrage « Manieggs – Revenge of the Hard Egg » de Zoltan Miklosy (Hongrie) est, de loin, le plus original dans son humour décapant et « noir » (le réalisateur a lui même utilisé le terme). Le scénario est plutôt classique, mais cette histoire de gangster est transposée à des personnages en forme d’œufs. Ce choix est très pertinent car le film peut se permettre de montrer des images qui pourraient paraître trop osées si des êtres humains étaient mis en scène.

Le Festival Anima a aussi proposé de nombreux longs métrages. Tous les âges ont eu droit à leur programmation, avec la possibilité de donner son avis si les films étaient en compétition.

A partir de 3 ans, les tout petits ont pu voter pour « La moufle », « La boite à conserve », « Talent cachés » et « Dimitri et Cie » (Mention spéciale du Prix Anima 2015 du meilleur court métrage, catégorie jeune public et Prix du public Anima 2015 pour le meilleur court métrage, catégorie films pour jeune public ). Ces courts métrages très simples et accessibles au jeune public n’ont pas vraiment marqué l’équipe.

Les enfants à partir de 5 ans, quant à eu ont pu attribuer des notes à « Le vélo de l’éléphant » (Paix Anima 2015 du meilleur court métrage, catégorie jeune public), « Jean Michel le caribou des bois » et « Neige ». L’équipe a été agréablement surprise par « Jean-Michel le caribou des bois » de Mathieu Auvray (2014). Ce court métrage était truffé de clins d’œil destinés aux adultes tout en étant plaisant pour les enfants. À voir si vous en avez l’occasion !

Les courts métrages pour jeunes et adultes étaient nombreux et la sélection, internationale ! L’Allemagne, l’Argentine, la Grande Bretagne ou encore la Suède, les films étaient parfois intrigants, parfois dénués de sens, ou encore dérangeants. Les scénarios étaient souvent difficiles à appréhender pour le grand public. Le court métrage « Simhall » de Niki Lindroth, selon l’équipe, sans grand intérêt a gagné le Grand Prix Anima 2015 du meilleur court métrage…

Chez les étudiants, c’est « Loop Ring Chop Drink » de Nicolas Ménard qui a gagné le Prix Anima 2015 du meilleur court métrage. Selon l’équipe, un film absurde de qualité. Par contre, l’équipe ne comprend pas la mention spéciale qu’a reçu « Small People with Hats » de Sarina Nihei.

Mais néanmoins, de petites perles se sont glissées parmi ces Best of Shorts : « A single life » de Job, Joris & Marieke ; « Guerra ao Drugo » de Gabriel Nobrega ; « Le sens du toucher » de Jean-Charles Mbotti Malolo pour les professionnels et « Mythopolis » d’Alexandra Hetmerova (Prix du public Ania 2015 pour le meilleur court métrage) ou encore « Chaud lapin » d’Alexis Magaud, Soline Béjuy, Maël Berreur, Géraldine Gaston et Flora Andrivon pour les étudiants.

Le panorama belge, quant à lui, nous a offert de très belles réalisations avec beaucoup d’animations sur papier crayonné. L’équipe a surtout retenu : « Vrede ? Joepie ! » de Valère Lommel et Joke Van der Steen ; « Le yack et la mouette » de Loïc Mathonet ; « La loi du plus fort » de Pascale Hecquet ou encore « Kinderspel » de Britt Raes et Bert van Haute.

En conclusion, on peut dire que le Festival est vraiment le lieu idéal pour découvrir de nouveaux talents. Il reste néanmoins adapté à un « grand public » plus familial grâce à ses blockbusters. Le cinéma d’animation qu’on peut appeler underground y a sa place et ce public ciblé est, lui aussi, au rendez-vous. On s’y retrouve en 2016 entre le 5 et le 14 février, toujours à Bruxelles.

Par Charlotte Ziskos et Damien Di Fresco

 

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...