La bataille du passinho au Festival du film Brésilien de Paris

Publié par admin, le 10 avril 2014

La-Bataille-du-Passinho

Critique :

Critique :

« Petits pas », ou comment traduire le terme brésilien passinho. Cette danse, issue de la culture funk, voit le jour dans les favelas de Rio de Janeiro. Elle est insufflée par une nouvelle génération de jeunes, au début des années 2000. Principalement pratiquée par des garçons, elle est tout d’abord élaborée pour séduire les filles et en mettre plein la vue lors de soirées funk. En se développant elle répond finalement à un besoin plus profond de culture, dans un milieu où créer n’est pas chose aisée.

Le réalisateur Emílio Domingos est parti à la rencontre de ses jeunes, en 2013, pour qui le passinho est devenu une alternative à la violence. Ces mêmes jeunes qui ont donnés naissance à cette mouvance et qu’ils ont nourrit depuis. C’est aussi le récit d’une aventure sociale à l’époque du numérique. Le film explique dans quelle mesure Youtube et les réseaux sociaux ont aidé à porter le passinho, à le fortifier et le transporter là où il est si difficile de parvenir : hors de la favela.

On découvre, tout au long du film, ces « batailles » de danse passinho. Les codes du milieu y sont déchiffrés : ses duels de danse, ses rivalités, le besoin de reconnaissance, de compétition, de donner le meilleur de soi. Les jeunes danseurs, tantôt discret tantôt se pavanant, se confient avec sincérité sur cette danse qu’ils affectionnent. Ils sont fans de football, de vêtements de marques et ont les yeux remplis d’étoiles.

En 2011 le passinho se formalise un peu plus. Avec le soutien d’acteurs sociaux, des compétitions sont organisées, amenant petit à petit cette danse sur les chaines nationales brésiliennes puis à l’étranger.

La bataille du passinho nous livre un regard rafraichissant et positif sur ces quartiers de Rio et ses habitants. Le documentaire traduit aussi la puissance et la nécessité de la culture dans des milieux difficiles et comment celle-ci s’impose d’elle-même, telle une évidence.

Nicolas MELAN

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...