Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « La Belle et la Bête » : somptueuse « réécriture »

Cinéma « La Belle et la Bête » : somptueuse « réécriture »

Publié par Luigi, le 19 mars 2017

Belle et la Bête

Un film de Bill Condon avec Emma Watson, Kevin Kline, Dan Steven, Luke Evans
(Etats-Unis)

Titre original : Beauty and the Beast

Genre : Conte de fée

Durée : 2h10

Distributeur : Walt Disney Studios Motion Pictures International, Pathé, Fine Line Features

Sortie en Belgique : 22 mars 2017

Sortie en France : 22 mars 2017

Synopsis :
Son père étant retenu prisonnier dans le cachot d'un château à cause du vol d'une rose, l'intrépide Belle décide d'échanger sa place et devient prisonnière d'une bête victime d'un sortilège. Au fil des jours, elle apprend à mieux le connaître et à percevoir l'homme (et son cœur) derrière l'animal...

Critique :

Après des mois de teasing intense et la resortie en DVD et Blu-ray du dessin animé fin septembre 2016 (25 ans, c’est la fête !), la version live action (avec des acteurs en chair et en os) de La Belle et la Bête est déjà là. Le film ne sort que ce mercredi 22 mars 2017 mais a fait l’objet de nombreuses avant-premières (plusieurs dans la même ville sur la même journée) quelques jours plus tôt.

Lors de l’une d’elle, nous avons pu constater la somptuosité du produit. Ce qui saute d’abord aux yeux est le majestueux cortège des objets d’époque, du décorum et de la garde-robe des acteurs. Le budget a flambé chez la société de Mickey (mais sera vite amorti, notamment grâce à la vente de robes jaunes supplémentaires). Difficile de ne pas trouver cela impressionnant.

Il faudrait être de mauvaise foi pour écrire que le reste n’est pas, également, très soigné. Même si le début comporte de nombreuses similitudes avec le dessin animé, que les points de vue sont les mêmes, on arrive à suffisamment respirer et à rêver pour ne pas en vouloir à Disney. La rencontre entre la Belle et le propriétaire du château est peut-être trop rapide, les plans à 360° parfois flous mais on se régale des nouveaux petits détails et on invente un passé à Belle. Qui était sa mère, se demande notre héroïne ?

Parlons justement d’Emma Watson. Elle est loin de porter le film tout seul (et bravo à tous pour les efforts vocaux lors des scènes chantées) mais s’en sort très bien et est assez crédible dans le rôle de la princesse accro aux livres.

Restez en tout cas jusqu’à la fin du générique (même si la chanson de Céline Dion n’est pas à la hauteur) ultra soigné avec des acteurs ayant spécialement posé dans un tableau individuel conçu sur mesure. Bref, La Belle et la Bête est un cadeau idéal pour rêver et se faire du bien, ne boudons pas notre plaisir. D’autant qu’il reste pas mal de Belles et de Bêtes différents sur le côté pour les futurs déçus.

Luigi Lattuca