Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Lady MacBeth », vénéneuse héroïne – en salles le 12 avril 2017

Cinéma « Lady MacBeth », vénéneuse héroïne – en salles le 12 avril 2017

Publié par Luigi, le 12 avril 2017

ladymacbeth - affiche

Un film de William Oldroyd avec Florence Pugh, Cosmo Jarvis, Paul Hilton
(Royaume-Uni)

Titre original : Lady MacBeth

Genre : Drame romantique

Durée : 1h29

Distributeur : Alibi Communications

Sortie en Belgique : 12/04/2017

Sortie en France : 12/04/2017

Synopsis :
1865, Angleterre rurale. Katherine mène une vie malheureuse d'un mariage sans amour avec un Lord beaucoup plus âgé. Un jour, elle tombe amoureuse d'un jeune palefrenier qui travaille sur les terres de son époux et découvre la passion. Katherine est prête aux plus hautes trahisons pour vivre son amour impossible.

Critique :

Voilà un film surprenant… Aidé de dialogues modernes et de tableaux dépouillés – gagnant ainsi en force – un casting exceptionnel s’est unit pour nous offrir ce Lady MacBeth froid et vénéneux.

Ce n’est pas un film sur le romantisme, passez donc votre chemin, âmes exaltées. C’est plutôt un film sur l’obsession de conquête de sa propre liberté. L’insatisfaction deviendra pour l’héroïne une folle émergence d’un désir de ne plus voir aucune de ses envies entravée. Nous tairons ici les rebondissements du scénario et l’implacable machinerie mise au point par Katherine (l’héroïne sur l’affiche).

Il faut bien garder du suspense pour ce « Madame Bovary » revisité vous réservant des surprises, des effrois et des réflexions en pagaille. Le genre de rôle fort pour la jeune Florence Pugh dont c’est seulement la seconde aventure cinématographique. Le genre d’héroïne d’un certain temps qui donnera une grande impulsion à sa carrière, nous n’en doutons pas. Pourquoi pas avec un second volet à ce film ? Les questions nous hantent en sortant de la salle mais dans une époque qui n’en finit pas de rebooter et d’allonger la sauce sur du vent, le véritable pied de nez serait de s’arrêter là. Un pied de nez à l’image du film : rigide et froid.

 

Luigi Lattuca