Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Dark Souls, de César Ducasse et Mathieu Peteul

Cinéma Dark Souls, de César Ducasse et Mathieu Peteul

Publié par Loïc Smars, le 28 mai 2011

Imaginez un peu : vous rentrez chez vous après avoir donné une leçon de piano (ok il faut savoir jouer du piano) et vous recevez un coup de fil de la police qui vous dit que votre fille est morte. Ca vous fait bien rire, surtout qu’elle est là dans le salon devant l’ordinateur. Mais à y regarder de plus près, elle est bien sale et elle a un trou dans la tête. On apprend vite qu’elle s’est enfuie de la morgue (la peinture des murs ne devait pas être à son goût), et donc qu’elle un peu morte-vivante. Voyant l’incompétence habituelle du système judiciaire, le père va mener sa propre enquête, surtout que sa fille n’est pas la seule ! Une trentaine d’autres jeunes filles ont eu le crâne troué à la perceuse et ce serait pas mal d’arrêter les bricoleurs-tueurs. Surtout que la mutation des filles perforées n’est pas finie !

Les deux réalisateurs sont effectivement français. L’un habite toujours en Norvège et ils ont choisi le pays scandinave pour la plus grande liberté de tournage : la Norvège a beaucoup moins de restrictions et d’autorisations nécessaires pour le tournage en rue.

Dark Souls a de gros atouts originaux pour lui. Il casse les stéréotypes en donnant la tête d’affiche à un vieux bedonnant plutôt qu’aux jolis héros tout beaux habituels. Le coup de la perceuse comme arme du crime et la régurgitation de pétrole des « mortes-vivantes » plutôt que du traditionnel sang titillerait la curiosité de n’importe quel fan de films de genre.

Malheureusement, on ciblera aussi les gros défauts du film. Le(s) tueur(s) ne sont pas convaincants, les morts-vivants sont parfois trop pathétiques, les acteurs pêchent d’amateurisme, le rythme du film n’est que trop inégal et l’histoire, au départ fort originale, s’englue dans une direction fort brouillonne.

Dark Souls, réalisé par des Français en Norvège, joue la carte du film d’horreur pétrolier, mais le transporteur pétrolier a chaviré en mer, et l’écran n’en est finalement que taché de régurgitation pétrolifère et n’atteint pas ses promesses.

Bande-annonce : http://www.youtube.com/watch ?v=mORr6ZRJM3c&feature=player_embedded

Loïc Smars