Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Do eat

Théâtre Do eat

Publié par Rédacteur, le 6 mars 2012

Comme souvent, mon rédacteur en chef m’a demandé de me rendre au TTO, et évidemment, comme souvent, j’ai accepté. Comment, je vous le demande. Comment refuser d’aller voir une pièce de ce havre de paix qu’est cet oasis social ? Comment serait-ce possible de dire non à cet endroit agréable et charmant où l’accueil plein d’enthousiasme nous fait oublier la grise mine du temps et de la monotonie !

Surtout que, comme vous le savez, tous les arguments parlent pour ce théâtre. Je ne vous ferai pas le coup de revenir avec mon préféré, celui du Barman, mais tout de même ! Je me dois quand même de souligner un petit détail : hier soir, lorsque j’ai été voir « Do Eat » de Dominique Bréda, mon petit Barman n’était plus la ! Déception, direz-vous ? Non, je vous l’ai dit : ce théâtre ne peut pas décevoir. Alors, rassurez-vous l’accueil du nouveau Barman sera tout aussi chaleureux et alléchant.

Comme je vous l’ai dit, j’ai été voir, hier soir, la nouvelle pièce de Dominique Bréda. Tout d’abord  un accueil, mettant l’eau à la bouche, plein de spontanéité par une ouvreuse géniale, entraînante, motivante, pleine de vie : ça a le mérite d’être souligné ! Puis après une pièce extraordinaire.

J’avais beaucoup entendu parlé de Dominique Breda avec sa première pièce « Emma ». Tous mes amis m’avaient dit « Tu dois absolument aller la voir ! ». Malheureusement, agenda surchargé oblige, je n’avais pu me libérer.

C’est donc avec une certaine curiosité que je me suis hâté d’aller voir « Do Eat », et là, quelle surprise ! Léger, vous avez dit léger ? Pas du tout !
Bien sûr, on est au TTO, on vient pour se vider la tête. Mais, au-delà des rires, nous sommes ici confrontés de manière sous-jacente à de vraies questions, à une vraie gravité : « Quel est le regard que je porte sur moi ? Quel est le regard que les autres portent sur moi et quel est celui que je porte sur les autres ? C’est quoi le bonheur et est-ce qu’il existe ? La mort, une fin en soi ? »

Bien sûr, abordé comme cela, on pourrait croire que nous avons à faire à une pièce existentialiste. Pourtant, loin de là, nous sommes en présence d’une pièce qui détend et qui pose des questions. Une pièce dont l’auteur est un vrai sage : il nous pose des questions, il nous présente des pistes de réflexion sans avoir l’air d’y toucher, mais il n’apporte aucune réponse.

Comme le sage, il pose un point au centre d’un cercle et laisse à chacun le choix de chercher ou non à toucher le point, sans rien imposer et avec beaucoup d’humour.

Une pièce captivante, poétique, attachante, pertinente et surprenante, interprétée par un groupe d’acteurs au sommet, Laurence Bibot, Jean-François Breuer, Julie Duroisin et Nathalie Uffner, un quartet détonnant qui vous entraîne dans une spirale de plaisir.

Une pièce à aller voir de toute urgence avec une fin des plus particulières et une finesse sans égale, une œuvre qui vient parfaitement compléter le panel du TTO.

PDMJ