Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Groezrock Festival, deux jours de punk !

Musique Groezrock Festival, deux jours de punk !

Publié par Rédacteur, le 7 mai 2012

Groezrock, day 1 : Are you ready ?

C’est comme chaque année avec beaucoup d’enthousiasme que je me rends à Meerhout pour assister à la 21ème édition du Groezrock. Le Groezrock c’est LE festival de Punk Rock/Punk Hardcore/ Hardcore et une nouvelle fois, l’affiche ne nous déçoit pas ! Arrivé sur place c’est comme d’habitude à une foule très hétéroclite que nous avons affaire. Entre les punk affirmés avec la crète, le blouson, etc…, les coreux, les petits emos et d’autres gens plus vieux ; on voit directement que le Groezrock s’adressse à une population ciblée tout en restant variée.

Premier concert de la journée, sur la Main Stage : The Menzingers, un mélange de punk rock et d’emocore, leur nouvel album On The Impossible Past tourne bien mais ils ne nous laisseront pas une image indélébile tout en restant correct. Le premier groupe réellement intéressant de la journée s’avère être Reel Big Fish, un groupe de ska/punk créé dans les années 90, qui envoie bien et qui fait danser tout le public. Le groupe d’Aaron Barrett réussit donc sa performance.

Mais le premier groupe vraiment attendu de ce premier jour est Bouncing Souls. Attente qui ne fut malheureusement pas vraiment récompensée. Pour leur 5ème apparition au Groezrock le groupe américain ne parvient pas réellement à convaincre. La faute à un chanteur au charisme très hésitant et à une performance un peu effacée. Un  concert à oublier donc et une première déception. Ensuite direction la Impericon Stage pour ce qui est peut-être la claque du premier jour : The Ghost Inside. Ce groupe de metalcore jouait encore l’an dernier en milieu de journée sur la Ethnies Stage et aujourd’hui grâce à leur succès grandissant ils ouvrent la soirée sur la Impericon ! Pas mal comme progression pour ce quatuor toujours aussi efficace et énergique et qui nous montre une fois de plus qu’ils sont taillés pour devenir des grands !

On court ensuite sur la Main Stage pour assister à la dernière moitié du concert de Heideroosjes, le groupe en est malheureusement à sa tournée d’adieu et nous offre pour fêter cela une bonne prestation qui fait plaisir à voir. Ensuite retour sur la Impericon Stage pour passer voir Evergreen Terrace, d’une efficacité redoutable malgré une prestation en demi-teinte.

Un petit coucou à l’excellent groupe Verse plus tard, nous nous rendons au concert des très populaires Yellowcard et là nous trouvons notre seconde déception de la journée. Un set assez mou, un chant totalement différent que celui sur CD et une prestation globale décevante. A revoir peut être dans un meilleur jour.

Place ensuite aux choses sérieuses avec Dillinger Escape Plan.  Le groupe du New Jersey n’est plus à présenter puisqu’ils sont de véritables références en matière de metalcore et une valeur sûre en live ! Une heure de sauts (parfois de 3m de haut !), de rythme frénétiques, de sueur et de violence plus tard c’est avec le sourire (comme d’habitude) que nous sortons de cette tente après un concert pour lequel le groupe n’aura une nouvelle fois pas déçu ! Des bêtes de scènes qu’on vous dit !

Ensuite se pose le plus gros dilemme du festival. En effet, il nous faut choisir entre le concert de Hazen Street (composé de membres de H2O et de Madball, y compris Freddy Madball) sur la Ethnies Stage et Heaven Shall Burn sur la Impericon. Qu’à cela ne tienne, nous irons aux deux ! En commençant par celui de Heaven Shall Burn et comme dirait Edith Piaf, « Non, rien de rien, non, je ne regrette rien ! » Les allemands débarquent sur scène comme un ouragan, emportant tout sur leur passage et nous régalant d’un metalcore d’une puissance incroyable ! Le charisme du chanteur Marcus Bischoff en est pour beaucoup ! C’est après Endzeit, un des titres phares du groupe sur lequel la foule entière sera devenue totalement folle, que nous filons vers Hazen Street et heureusement ! Dans une ambiance plus underground favorisée par la scène (pas de sécurité, pas de barrière, scène ouverte) ce All-Star Band newyorkais nous régale des chansons de son premier et (jusqu’à présent) seul album, avec une énergie et une présence parfaites. A n’en point douter deux des meilleurs concerts de ce festival !

Au fur-et-à-mesure  que la journée avance nous sommes de plus en plus sur les rotules mais il reste cependant quelques concerts importants ! Par exemple Lagwagon ! La bande à Joey Cape en est à sa 4ème apparition à Meerhout et met une nouvelle fois tout le monde d’accord par son punk rock efficace et sans tâches !

On en arrive alors aux deux derniers groupes de la journée. Tout d’abord les habitués de ces derniers Groezrock, j’ai nommé Parkway Drive pour ce qui est sûrement LE concert du festival ! Puissance, présence, communion avec le public, talent musical, énergie et même une petite touche de rigolade au rappel, la performance du groupe australien se rapproche de la perfection ! Après avoir été un des 3 seuls groupes à rassembler plus d’un million de fans sur facebook (avec August Burn Red et Bring Me The Horizon) il est bien loin le temps où le groupe se produisait devant un public clairsemé en début d’après midi du Groezrock !

Ensuite vient la tête d’affiche de ce premier jour : Rancid ! Célébrant leur 20ème anniversaire, le groupe nous gratifiera d’un show sans tâches et qui mettra tous le monde d’accord : Rancid n’est pas mort ! Pas plus que ne l’est Lars Frederiksen  (guitare/chant). Les membres du groupe californien ont peut être perdus leurs crêtes mais ils n’ont certainement pas perdu leur musique ni leur énergie ! Un très bon moment donc.

C’est après 1h20 de show et à 1h30 environ que se clôture ce 1er jour riche en enrichissements et en découvertes ! Et malgré toute notre fatigue nous serons encore d’attaque pour le second qui recèle encore des shows très attendus !

Groezrock, day 2 : this is not a new noise.

Retour au Groezrock pour ce deuxième jour ! Après un premier jour de grande qualité nos attentes étaient forcément élevées pour ce second jour qui voyait le retour tant attendu sur la scène d’un groupe majeur de la scène hardcore des années 90 : Refused.

Cependant le premier groupe à égayer nos oreilles en début d’après midi à Meerhout est Zebrahead. Et c’est bien connu, rien de tel pour se réveiller qu’une bonne dose de punk rock californien ! Et c’est bien du soleil que le groupe va nous donner vêtu de leurs chemises hawaïennes et avec leur piscine et mini bar sur scène ! Un show rafraichissant et qui montre bien que depuis leur dernier passage au Groezrock le groupe a bien grandis ! En parlant d’éclaircie le temps lui-même semble avoir décidé  d’être au beau fixe et c’est donc avec un beau soleil au dehors que MXPX All-Stars commence son set ! La bande à Mike Herrera arpente les routes en ce moment pour ce que l’on peut appeler un « MXPX reloaded ». Qu’à cela ne tienne on aura quand même pris du bon temps sur ce set clôturé par le traditionnel « Punk Rock Show ».

Ensuite direction la Impericon Stage pour le second acte de Lars Frederiksen (Rancid) qu’on a pu voir la veille ! Effectivement en ce début d’après-midi il nous revient avec The Old Firm Casuals pour un concert qui sera malheureusement de moins bonne facture que celui de la veille. La faute à une musique un peu répétitive et pas du niveau de Rancid ! Une première déception dans cette journée donc.  Place après cela aux « Brighton Boys » de Your Demise qui viennent nous présenter leur 4ème album : « The Golden Age » qui vient de sortir ! Beau timing car en plus le groupe enchantera plus d’une personne avec un bon set bien carré. Good job !

Mais pas le temps de rêvasser, nous courons vers la Main Stage pour assister au set de Hot Water Music qui enchante aussi son public par les nouvelles compositions issues du récent « Exister ». Après une petite pause bien méritée nous passons voir Architects sous la Impericon et bien que le groupe soit toujours aussi efficace sur scène, l’arrogance de son chanteur gâche une nouvelle fois la prestation de ce groupe pourtant prometteur ! Toujours à haranguer le public de la mauvaise façon et à se prendre de haut, le jour où Mr. Sam Carter reviendra les pieds sur terre son groupe pourra s’envoler. C’est donc de mauvaise humeur que nous abordons le set de Alkaline Trio mais heureusement le groupe de Matt Skiba arrive à nous rendre le sourire par un bon concert malgré une set-list qui n’aura pas réjoui tous leurs fans, un concert très agréable quand même !

Après un petit détour par The Bronx nous allons jeter un coup d’œil à la prestation de Good Riddance qui mettra tous le monde d’accord par leur punk rock toujours aussi bon ! Place maintenant au haut de l’affiche avec tout d’abord Anti-Flag et sa démagogie toujours aussi bienvenue. C’est comme d’habitude à coup de « You’re the best festival ever » que le groupe rythme sa prestation qui est réjouira comme d’habitude les fans de punk rock avec des titres imparables comme « Die for your government ». Ensuite le dur choix nous est offert d’opter pour 7 Seconds ou Simple Plan. Dur choix ? Are you kidding me ? Entre des légendes du punk et un groupe de pop qui ne fait des adeptes que chez les moins de 15 ans notre choix est vite fait et c’est vers la Ethnies Stage que nous nous rendons pour un concert qui restera comme un des meilleurs du festival ! Quel plaisir de revoir Kevin Seconds, de faire des stage-diving sur « Young ‘til I die » ou la traditionnelle reprise de « 99 red balloons ». Un grand moment de plaisir qui ne nous fait pas regretter une seule seconde notre choix ! Ensuite nous courons vers la Impericon Stage pour assister à la seconde moitié du set de Terror. Terror c’est comme la Saint-Valentin pour les fleuristes, une valeur sûre ! Le groupe nous enchante une nouvelle fois de tout ses classiques (de « Always the Hard Way » à « Last of the Diehards » en passant par les plus récents « You’re Caught » et le monstrueux « Keepers of the faith » pour terminer en beauté). Comme dans le cochon, dans Terror il n’y a que du bon !  Le temps de se « reposer » un peu sur Gorilla Biscuits il est déjà l’heure du dernier groupe du festival : Refused.

Après leur séparation en 1998, ceci n’est pas un mirage, Refused is back to business ! Le groupe suédois revient enfin ! Refused c’est seulement 3 albums mais quels albums ! Rien que le dernier : « The Shape of Punk to Come » est devenu une institution dans le punk hardcore ! Refused au Groezrock c’est aussi le plus gros concert que le groupe ait jamais donné ! Et ce fut un concert d’anthologie. Mené de main de maitre par Dennis Lyxzén le groupe débarque telle une bombe atomique et met directement tout le monde d’accord,  il n’est pas question d’une perte de puissance du groupe et cela se voit ! Malgré leur retour controversé (plusieurs groupes les accusant de faire cela juste pour l’argent…tout en ayant probablement raison) on ne peut s’empêcher de sauter dans tout les sens sur « New Noise » qui ponctue une prestation incroyable ! Peut-être pas le meilleur concert du festival mais pas loin en tout cas !

Et c’est ainsi que se clôture la 21ème édition du Groezrock qui nous aura enchantée comme chaque années. Plus qu’un an à attendre avant la 22ème !

Olivier Eggermont