Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Juan Pablo Villalobos : Dans le terrier du lapin blanc

Littérature Juan Pablo Villalobos : Dans le terrier du lapin blanc

Publié par Rédacteur, le 13 février 2012

Le premier roman du mexicain Juan Pablo Villalobos se lit comme une nouvelle. Il est court mais intense. Cet auteur nous glisse dans la peau d’un gamin d’une dizaine d’années qui nous raconte sa vie fantasque de fils de narco.
Tochtli est un garçon précoce, sept personnes sur les quatorze qui le connaissent le lui disent. Tochtil ne connait pas beaucoup de monde parce qu’il vit dans un palais et que ce palais est extrêmement surveillé. Yolcaut, son papa, est un baron de la drogue et Tochtli va tout nous expliquer. Surtout comment nous procurer des hippopotames nains du Nigeria.

Le style se rapproche très fort du livre de Howard Buten «Quand j’avais 5 ans je m’ai tué». Le narrateur est un enfant, ce qui donne des anachronismes, un langage parlé et des expressions assez populaires. Villalobos va nous dépeindre un peu la vie d’un narco-trafiquant qui vit au Mexique, chose qui est assez peu commune, surtout en cette période dans cette région du monde.
La particularité de ce livre, c’est que l’auteur a renforcé l’atmosphère du livre en appelant la totalité de ses personnages avec des noms typiquement mexicains. Cela donne au roman un aspect plus authentique.

Se plonger dans un roman aussi court est assez frustrant, les moments sont intenses, les émotions fortes et l’écriture est juste, légère et grave par moment mais on dirait qu’il manque des éléments. Une chose est sûre : l’imagination est bien stimulée.

Malgré le manque de trop peu, Dans Le terrier du lapin blanc est un très bon premier roman.

Dans le terrier du lapin blanc, Juan Pablo Villalobos, Actes Sud, 106 p.

Lilian Bolly Barajas