Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » La Dame de Fer de Phyllida Lloyd

Cinéma La Dame de Fer de Phyllida Lloyd

Publié par Caroline Champion, le 24 mars 2012

The Iron Lady

Avec : Meryl Streep, Jim Broadbent, Susan Brown, Alexandra Roach

Réalisé par : Phyllida Lloyd

Durée : 1h44

Margaret Thatcher, première et unique femme Premier ministre du Royaume-Uni (de 1979 à 1990), autrefois capable de diriger le royaume d’une main de fer, vit désormais paisiblement sa retraite imposée à Londres. Agée de plus de 80 ans, elle est rattrapée par les souvenirs. De l’épicerie familiale à l’arrivée au 10 Downing Street, de succès en échecs politiques, de sacrifices consentis en trahisons subies, elle a exercé le pouvoir avec le soutien constant de son mari, Denis, aujourd’hui disparu, et a réussi à se faire respecter en abolissant toutes les barrières liées à son sexe et à son rang.

Depuis la sortie de Gainsbourg, La Môme ou Cloclo récemment, les biopics sont un nouveau genre qui se développent plutôt bien dans les salles obscures. Avec La Conquête ou J.Edgar, même les hommes politiques sont à l’honneur. Il semblait logique que Margaret Thatcher soit la suivante. L’histoire d’une femme, issue d’une classe sociale modeste qui arrive à gravir les échelons pour s’imposer dans un milieu typiquement masculin, permet une certaine consistance quant au scénario à venir.

Et pourtant, quelle déception ! Les allers-retours entre le présent et le passé sont lourds, sans forcément de réels liens avec les images que l’on peut voir juste avant. Tenter les flashbacks et essayer de montrer l’évolution de cette femme par rapport à la mémoire qu’elle est en train de perdre est une idée intéressante mais le rendu est décevant. Faire apparaitre une Madame Tatcher âgée, fébrile, qui perd plus ou moins la tête, enlève beaucoup de crédits quant à l’image que l’on peut s’en faire.

Justement, on ne sait que penser d’elle et de sa vie. Les éléments sont apportés avec une certaine romance qui nous laisse sur notre faim. On peut relever le manque de position tout au long du film. Comment l’admirer ou la détester ? Il nous reste juste une sensation de survol, de manque de profondeur. Juste une histoire où l’on n’ose pas à aller jusqu’au bout. Peut être par peur de soulever des interdits ou par envie de lui redonner une image polie. L’un ou l’autre. Mais pour le spectateur, il n’est pas facile de s’y retrouver.

Toutefois, le jeu des acteurs se rapproche de la perfection. Tout en nuance et en subtilité. Une touche de légèreté par ci, une touche de justesse par là. Meryl Streep est juste époustouflante dans le rôle de la Dame de Fer. Le maquillage aide bien sûr, mais ne fait pas tout. Bref, elle a vraiment mérité son oscar. Dommage que ce soit pour ce film.

Caroline Champion