Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » La revue 2011 aux Galeries

La revue 2011 aux Galeries

Publié par Loïc Smars, le 14 décembre 2011


 
Ce soir, c’est la première au Théâtre des Galeries. Au menu : chansons,
parodies, sketchs et bons mots, comme c’est annoncé sur leur site.

J’arrive et c’est avec le sourire que je reçois, en main propre, mon
carton d’invitation et le programme de la soirée. C’est toujours un
plaisir d’y aller. Tout d’abord, le théâtre est très bien situé, en plein
centre-ville dans la galerie du roi. Ensuite, il est beau, coloré, imposant
une fois à l’intérieur et dispose de 3 bars plus que correctement
achalandés.
Je me dirige doucement vers le bar, me désaltère avec ma traditionnelle
petite mousse et me dirige vers la salle.
Installé en plein milieu du jeu de quille face à la scène, la lumière
s’éteint, le rideau se lève.

Action.
Le spectacle commence avec un Bart de Wever, yukulélé sous le bras, plus
vrai que nature, qui avoue publiquement sa défaite… Succulent.
S’en suit des calembours, des jeux de mots, des aveux, des parodies de nos
chères têtes dirigeantes. Tout le monde y passe et en prend pour son
grade.
On passe d’un Elio qui cherche des fonds pour combler la dette publique à
Leterme qui nous fait part publiquement de ses desseins et de ses futurs
ébats,  en passant par DSK qui se retrouve bloqué en Belgique suite à une
accusation de viol pour aboutir à un Roi caricaturé et fatigué.
Même Papa était de la partie !

Entre les spectacles, nous avons droit à quelques chansons récentes nous
parlant de virtuel, de Big Brother ou de l’E Coli.
Johnny et Renaud, je vous remercie de votre passage.
La salle rie aux éclats. Il règne une atmosphère détendue et de bien-être.

Les comédiens sont aussi bons les uns que les autres. On sent le travail
et l’habitude de cette revue. Tout est parfaitement coordonné, le décor,
la musique, les lumières, les costumes, aucun bémol.

J’en suis ressorti avec les restes d’un sourire au coin des lèvres et le
souvenir de ses presque 550 jours sans gouvernement.
Je ne vais pas tout vous dévoiler.
Une seule phrase : allez-y, faites-vous plaisir, c’est un excellent moment de fraîcheur et d’humour.
Rire ça fait vraiment du bien.
Tcho !
 
Jérémy Stagno