Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » LaSemo 2014 a fermé ses portes (2ème partie)

Musique LaSemo 2014 a fermé ses portes (2ème partie)

Publié par Piasecki Jeremie, le 22 juillet 2014

Lasemo

Du côté de la Clairière et du Pavillon, les deux scènes du festival, ce sont de grands noms de la chanson à texte française qui nous accueillent, leurs chants festifs et engagés nous berceront tout au long du weekend… En voici quelques-uns que nous avons choisi de vous faire découvrir.

C’est avec les « Forbans de la Vierre » que nous entamons notre voyage. Les pirates de Cré Tonnerre existent depuis 15 ans et c’est toujours avec le même sourire et la même rage qu’ils nous rappellent que « La Terre est notre Mère ». Si vous ne connaissez pas encore ces « Marins de la Semois », n’attendez plus, découvrez « Le Prestige », « Les Petites Galères », ou encore « Les Filles de Mme Julie ».

A peine notre bière au rhum, signée Cré Tonnerre évidemment, bue que déjà la douce GiedRé nous envoute. Cette poétesse d’origine lituanienne de 28 ans nous emmène en compagnie de « La Bande à Jacky » dans son monde plein de vérités qui dérangent, de questions qui vous mettent mal à l’aise. Sur scène pour l’accompagner, ne soyez pas étonné de trouver canards en plastique, renard empaillé, poupée gonflable et éffigie de Blanche Neige. Notre jeune Giedré sous ses airs angéliques aborde des thèmes durs avec un vocabulaire osé, parfois cru. Découvrez son « Ode à la Contraception » ou encore la nouvelle version dancefloor de « On fait tous Caca ».

Pour terminer la première journée de ce Lasemo, ce sont les membres de La Rue Ketanou que nous voyons pointer le bout de leur nez. Ce groupe français de musique de rue, mêle avec adresse la musique tzigane, folk, reggae, et pop. Né en 1998, La Rue Ketanou est bien vite repéré par les membres du fameux Tryo qui leur proposent d’assurer la première partie de leur tournée.

Voilà le succès de La Rue Ketanou fait et cela dure depuis lors… Ils sont déjà venus à Lasemo pour y partager l’affiche avec Les Ogres de Barback et Debout sur le Zinc.

Inutile de vous dire que si vous aimez ces derniers, courez dans cette Rue Ketanou. Ecoutez ou réécoutez « Marcher Droit », « Les Mots » ou « La Fiancée de l’Eau ».

 

Pour la journée du samedi, c’est Patrice que nous avons choisi de vous faire découvrir. Si ce nom ne vous dit rien, sachez qu’il arpente les scènes depuis presque 20 ans. C’est en 1999 que sa carrière décolle en assurant la première partie de Lauryn Hill en Allemagne.

Patrice n’est pas seulement un artiste, il a aussi aidé plusieurs autres artistes, dont notre Selah Sue nationale, à composer leurs morceaux.

Son nouvel album, « The Rising of the Son », sorti fin 2013 fait son petit bonhomme de chemin et quoi de mieux pour le promouvoir que de réaliser une série de concerts acoustiques dans des grandes villes au lever du soleil? Bravo Patrice!

On aurait bien évidemment pu vous parler d’un autre arbre qui avait le plus naturellement du monde sa place au Lasemo : Saule. Artiste belge qui sait comment mettre le feu sur la scène et qu’on ne se lasse pas de voir apparaitre à la plupart des festivals depuis la sortie de son album Géant fin 2012. Une fois de plus, c’est un Saule qui ne tient pas en place que l’on retrouve, et comment ne pas entrer dans la danse avec des tubes tels que « Dusty Men », ou « Chanteur Bio ». En bref, Saule n’a de cesse de clamer qu’il est un « Type Normal », mais on sait tous qu’il n’a pas fini de nous étonner ni de nous faire danser et chanter!

Pas de doute, le diction du jour à Lasemo, c’est : « Après la pluie, le beau temps. ». Il aura suffit d’une bonne drache bien de chez nous pour faire apparaitre le soleil!

C’est donc sous un soleil radieux que la soucoupe volante d’Aldebert se pose. Les « Enfantillages » d’Aldebert font parler d’eux depuis plusieurs années et c’est sous le regard amusé des petits et des grands qu’il nous emmène dans l’espace avec « La Soucoupe Volante », « Mon Petit Doigt m’a Dit » et « Le Dragon ». Le tout traduit en direct an langage des signes par Cindy, habituée de la grande scène depuis plusieurs années.

La plus grande découverte de la journée est belle et bien Boulevard Des Airs. Ce groupe du sud de la France fête ses 10 ans mais n’est relayé par les médias que depuis 3 ans et sort son premier single, Cielo Ciego, en été 2011. Le concert fait monter d’un cran l’ambiance et c’est une foule massée et en délire qui participe à un Flash Mob sur « Cielo Ciego ». Tantot en francais, tantôt en espagnol, les textes de Boulevard Des Airs nous font une fois de plus réfléchir sur le monde qui nous entoure et ses nombreuses injustices. Ecoutez plutôt « Cartons Roses », « Mundo Loco », ou « Ici ».

Une fois de plus dans l’histoire de Lasemo, BaliMurphy est au rendez vous, et cette année il a même le dur rôle de clôturer le festival. BaliMurphy existe depuis 15 ans mais c’est son magnifique album « Poussière » qui le révèle au grand jour. Avec des titres tels que « Monsieur », « Plus Belle sans Moi », « Poussière », « Le Bilan », il est normal que BaliMurphy ait connu une tournée de plus de 3 ans à travers la Belgique, la France et le Quebec avant de s’exporter en Allemagne, au Maroc, en Russie, ou en Suisse. 4 ans après « Poussière », le groupe revient en 2012 avec « La Déroute », un nouvel album plus noir inspiré par les expériences du groupe et par un monde qui court à sa perte. Ne vous en faites pas, sur scène BaliMurphy vous fera danser, sauter mais surement pas broyer du noir.

C’est donc sur les notes du violon, de l’accordéon, et de la guitare de Balimurphy que se clôture cette édition du Lasemo Festival. Au revoir délicieuses boissons bios, au revoir douce musique entraînante et festive, au revoir douceur de l’herbe fraîche sous nos pieds, au revoir Jean Jean, au revoir et MERCI à tous ces bénévoles et membres de l’organisation aux sourires inébranlables, au revoir mais à l’année prochaine!