Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Le bruit des os qui craquent au théâtre de Poche

Théâtre Le bruit des os qui craquent au théâtre de Poche

Publié par Simon, le 22 février 2013

‘Le bruit des os qui craquent’ raconte l’aventure palpitante de deux enfants-soldats fuyant le groupe de mercenaires qui les avaient enlevés. Le spectateur suit la cavale, à travers la fôret africaine, des deux héroïnes que sont Elikia (d’origine congolaise) et Josepha (d’origine rwandaise).

 

Celles-ci zigzaguent à travers l’immense masse des arbres (cf : le décor qui est très réaliste) tout en faisant part oralement au spectateur de leurs sentiments et de leurs angoisses d’être rattrapées et d’avoir à rejoindre à nouveau le groupe armé. L’originalité du spectacle réside dans le fait que chacune des protagonistes s’exprime dans sa langue natale !

 

Respectivement en lingala et en swahili. Cette mise en scène spécifique peut à la fois renforcer la véracité et la force du propos, mais également quelque peu faire ‘décrocher’ le spectateur qui se fatiguera alors à lire la traduction proposée en fond sur écran. Chacun appréciera ou non selon sa sensibilité.

 

En ce qui concerne l’histoire proprement dite, elle se révèle à la longue un peu lassante étant donné qu’il ne se passe rien d’autre que du dialogue entre les deux fillettes. Les caractères de celles-ci se contrastent l’un par rapport à l’autre et cela donne parfois lieu à des échanges verbaux intéressants, mais ceux-ci sont malheureusement trop rares. `

 

Par ailleurs, une troisième comédienne joue le rôle d’une infirmière qui relate a posteriori devant une commission d’enquête l’histoire des deux fillettes. Cela permet une meilleure compréhension du contexte de la fuite mais n’apporte pas de réelle plus-value au récit. La pièce se termine après 1h15 de représentation, ce qui est tout à fait suffisant pour faire le tour du propos. Bref, sans être une mauvais pièce , ‘Le bruit des os qui craquent’ pèche par une mise en scène qui se veut (trop?) réaliste et qui finalement oublie de surprendre le spectateur. A voir tout de même pour ceux qui d’habitude apprécie le genre.