Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Le Brussels Film Festival dévoile ses ambitions et sa programmation pour son dixième anniversaire

Cinéma Le Brussels Film Festival dévoile ses ambitions et sa programmation pour son dixième anniversaire

Publié par Matthieu Matthys, le 15 mai 2012

Cette année marquera le dixième anniversaire du Brussels Film Festival.  À cette occasion, les organisateurs du festival transformeront Flagey en un lieu culturel incontournable. De fait, les cinéphiles pourront y admirer une programmation de films d’auteurs de haute qualité mais également diverses  activités gratuites comme des projections en plein air ou des concerts. C’est justement la musique et son lien indéfectible avec le cinéma qui sera mis en exergue pour cette nouvelle édition.

Autre nouveauté, l’apparition d’une petite compétition de courts-métrages. Non dans l’idée de faire de l’ombre au Brussels Short Film Festival, mais bien pour élargir l’éclectisme assumé de l’évènement et assouvir les envies d’un public toujours plus nombreux d’année en année.

Tout cela c’est très bien, mais pour les novices, c’est quoi le Brussels Film Festival ? Axé autour du cinéma européen, le Brussels Film Festival est une vitrine de ce qui se fait de mieux en matière de réalisation aux quatre coins du Vieux continent mais c’est aussi un incroyable gage de qualité pour un public averti et connaisseur.

Cette année, douze films seront en compétition officielle dont deux films turques qui représenteront un cinéma encore fort méconnu dans nos contrées. Hors compétition mais tout de même présentés dans le même élan de découverte, quinze films seront projetés dans la section « Panorama ». Et pour ceux qui ne seraient toujours pas rassasiés avec cette programmation, les organisateurs du festival ont prévu quatre projections gratuites en plein air et cinq avant-premières.

Amis du cinéma et amateurs de films, nous vous donnons rendez-vous du 8 au 16 juin pour fêter le septième art et l’Europe dans une ambiance à la fois festive et professionnelle.

Le jury : Peter Greenaway (Réalisateur / Drowning by Numbers), Frédéric Fonteyne (Réalisateur / Une liaison pornographique), Tania Garbarski (Actrice / Quartier Lointain), Edouard Molinaro (Réalisateur / La cage aux folles), Koen Mortier (Réalisateur / Ex Drummer), Mireille Perrier (Actrice / Toto le héros) et Bernard Yerlès (Acteur / Michou d’Auber).

Compétition officielle :

–          AMONG US (Onder Ons) de Marco van Geffen (Pays-Bas)

–          BLOODY BOYS (Jävla pojkar) de Shaker K. Tahrer (Suède)

–          CAN de Raşit Çelikezer (Turquie)

–          CLIP (Klip) de Maja Miloš (Serbie)

–          DEATH FOR SALE de Faouzi Bensaïdi (Belgique/France/Maroc)

–          KAUWBOY de Boudewijn Koole (Pays-Bas)

–          MERCY (Gnade) de Matthias Glasner (Allemagne/Norvège/Angleterre)

–          MY BROTHER THE DEVIL de Sally El Hosaini avec James Floyd & Saïd Taghmaoui (UK)

–          NO REST FOR THE WICKED (No habrá paz para los malvados) de Enrique Urbizu (Espagne)

–          ROSE (Róża) de Wojciech Smarzowski (Pologne)

–          TWILIGHT PORTRAIT (Portret v sumerkakh) de Angelina Nikonova (Russie)

–      VOICE OF MY FATHER (Babamin Sesi) de Orhan Eskiköy & Zeynel Doğan (Turquie/Allemagne/France)

«Panorama» :

–          A FUNNY MAN (Dirch) de Martin P. Zandvliet (Danemark)

–          AVALON de Axel Petersén (Suède)

–          CHILDISH GAMES (Dictado) de Antonio Chavarrías (Espagne)

–          COULEUR DE PEAU : MIEL de Jung & Laurent Boileau (Belgique/France)

–          COURAGE (Wymyk) de Greg Zglinski (Pologne)

–          DADDY (Ćaća) de Dalibor Matanić (Croatie)

–          EVA de Kike Maillo avec Daniel Brühl (Espagne/France)

–          ITALY LOVE IT OR LEAVE IT de Gustav Hofer, Luca Ragazzi (Italie/Allemagne)

–          KILL ME (Töte Mich) de Emily Atef (Allemagne/France/Suisse)

–          KRYPTONITE ! (La Kryptonite nella borsa) de Ivan Cotroneo avec Valeria Golino (Italie)

–          LA-BAS (Là-bas. Educazione Criminale) de Guido Lombardi (Italie)

–          LE PARADIS DES BETES de Estelle Larrivaz avec Stefano Cassetti, Géraldine Pailhas, Muriel Robin (France)

–          MANIPULATION de Pascal Verdosci avec Klaus Maria Brandauer, Sebastian Koch (Suisse)

–          NOKAS de Erik Skjoldbjærg (Norvège)

–          STILL LIFE (Stillleben) de Sebastian Meise (Autriche)