Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Le début de la star’ac? Bientôt dix ans!

Musique Le début de la star’ac? Bientôt dix ans!

Publié par Matthieu Matthys, le 15 juin 2011

©Endemol France

En octobre prochain, cela fera dix ans que l’émission de télé-réalité Star Academy avait débuté. L’émission d’Endemol allait bouleversé l’histoire de la télévision française par son concept unique construit uniquement sur l’engouement d’une génération pour la « star attitude ». TF1 allait donner aux téléspectateurs une approche très nouvelle de la musique en leurs montrant des personnes issues, pour la plupart, d’un milieu populaire. On allait les propulser à la vitesse de la lumière sous le feu des projecteurs et au sommet de la pop française.

Les audiences vont très vite exploser des plafonds. Malgré un lancement plutôt timide durant les premiers jours, c’est un véritable tsunami télévisuel qui va tout rafler sur son passage, ramenant plus de 56% de parts de marché lors de la première finale qui avait vu la consécration de Jenifer.

Mais au fil des saisons, la corde tressée de soie va s’user et se rompre après huit saisons de présence. Sans revenir sur un échec aux multiples facettes, nous avons recherché ce qu’étaient devenu les acteurs de ce premier volet.

Jenifer : Commençons par la gagnante. Jenifer a bien tiré son épingle du jeu aidée, il est vrai, par le gain de la cagnotte pour démarrer sa carrière. Après plusieurs albums qui ont cartonné, le dernier en date « Appelle moi Jen » a cependant souffert de la critique et ses concerts en ont pâti. Ne parlons pas encore de fin de cycle mais plutôt de flop passagé car on sait que la niçoise n’est pas prête à raccrocher.

Olivia Ruiz : Même si elle n’a pas été en finale de l’émission, elle est irrémédiablement celle qui a le mieux réussi sa reconversion à l’extérieur du château. La chanteuse a su créer son univers et amasser les foules lors de ses concerts. Après « La femme chocolat » (+ 1 million d’exemplaires) et « Miss météores » (un demi-million), on se doute que l’avenir lui sourira encore.

Jean-Pascal Lacoste : On imaginait mal JP faire une longue carrière de chanteur. Pourtant, le trublion de l’émission a tenté l’aventure mais l’épopée fût de courte durée. Après cela, l’homme se dirigea vers l’animation télévisuelle. Le costume lui convenait beaucoup mieux que celui de chanteur, c’est pourquoi on le retrouva dans plusieurs émissions du PAF, notamment sur NRJ 12. Il est marié depuis 2008 à Jennifer (pas celle de la star ac’) et a une fille, Kylie.

Jessica Marquez : Grande voix de la scène, elle avait fait de la reprise de « Maria Magdalena » de Julie Pietri, un succès. Passé ce single, la lorraine ne trouva pas son public dû notamment à son changement de maison de disques. De mésaventures en mésaventures, elle continua de chercher un moyen de revenir sur le devant de la scène. Bientôt en studio, la chanteuse espère toujours une seconde chance.

Mario Barravecchia : L’italo-belge était le finaliste de l’épreuve aux côtés de Jenifer. Ayant sorti quatre singles dans les années qui ont suivi l’émission, il tenta de chanter en italien afin de se situer artistiquement. Ce fût un échec. Le natif de Liège n’abandonne toujours pas et a sorti l’année dernière un album intitulé « Intimo ».

Patrice Maktav : L’ancien compagnon d’Olivia Ruiz s’était dirigé vers le rock en créant Aktarüs, une expérience peu concluante. Il fît également quelques apparitions dans certains films sans pour cela décrocher un grand rôle. On notera cependant sa présence dans « Mozart, l’opéra rock ».

Khalifa M’baye : Il s’est dirigé vers le rap, le hip hop et la soul. N’ayant pas bouleversé les fréquences radio pendant de nombreuses années, il a tout de même sorti un album (« Tout ce que tu veux ») en 2010. De son propre aveu, il serait charmé par le talent de Selah Sue.

Sidonie Koch : L’ancienne candidate est devenue une artiste contemporaine dont les toiles sont remplies de collages et d’images recyclées. Qui sait, peut-être pourrons-nous les admirer lors d’une expo où le boulingueur se rendra.

Carine Haddadou : Lors de la star academy, Luc Plamandon la repère et lui propose par après un rôle dans sa comédie musicale « Cindy », celui de Cendrillon. Depuis, elle a sorti un album « enfin » en 2010.

Amandine Bisqueret : La compatriote de Mario abandonna l’émission mais ne tira pas un trait sur sa carrière. Passée par la comédie musicale « Arenberg », elle se lance ensuite dans un groupe (Larzen) qui ne durera pas très longtemps. Engagée à l’office du tourisme de sa ville natale (Liège), elle continue les prestations solo et s’est inscrite sur MyMajorCompany sous le pseudonyme de Mam’zelle Mandarine afin que les internautes produisent son album.

Catherine : Devenue Lady Bird, la chanteuse n’a jamais pu toucher le succès des doigts malgré un album 9 titres sorti trois ans plus tard.

Cécile Boutry : La belle de la première saison n’a pas réussi son chemin toute seule mais s’est associée à RV Trezen (ex-Manau) pour créé le groupe PNPC (Picardie Nord-Pas-De-Calais). Un groupe qui reste très régional pour l’instant.

Djalil Amine : L’homme a changé de nom et se nomme maintenant Djalil Aymar. Il sortira encore quelques chansons et a ouvert une société d’évènementiel à Créteil.

François Roure : L’homme a rejoint une chorale qu’il a présenté en 2009 au casting de X-Factor. La prestation fût entachée et écourtée par François qui n’accepta pas les critiques du jury, partant dans une colère noire.

Grégory Gulli : Déjà âgé en rejoignant le casting, il avait auparavant ouvert une boîte d’informatique qu’il repris en main à sa sortie du château.

Stéphane Bosmans : Le playboy de Dammarie-Les-Lys n’était pas des plus aimé par ses camarades. Ayant travaillé par la suite avec Orlando (producteur d’Hélène Segarra), il ne sortit finalement jamais rien et continua sa carrière de mannequin.