Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Le Dindon à la Toison d’Or

Théâtre Le Dindon à la Toison d’Or

Publié par Lionel, le 6 mai 2010

Du 22 avril au 9 mai. 20h30

De :Georges Feydeau
Mise en scène : Thibaut Nève
Assistanat : Clément Manuel
Production : Cie Kbarré et Mazal asbl
Avec : Avec la compagnie Kbarré: Myriem Akheddiou, Perrine Delers, Hélène Catsaras, Fadh Moumen, Othmane Moumen, Frédéric Nyssen, Nicolas Ossowski, Benoît Pauwels, Pierre Poucet, Florence Roux, Jennifer Wesse et Marc Zinga

Chronique:

De retour au « TTO », nous attendions depuis plusieurs mois la sortie du « Dindon » de Feydeau (non ce n’est pas une farce, c’est bien le titre de la pièce !) et puisqu’au TTO, « ça bouge » et que « Feydeau, ça rime avec disco », comme ils disent, nous étions relativement nimbés d’une paisible curiosité face à la pièce à laquelle nous nous destinions.

C’est incontestable, Feydeau est le roi du vaudeville. Le Dindon est une pièce jouant de qui procos, de jeux de mots, de gestes mal interprétés, … Bref, nous voici devant une pièce usant allègrement des comiques pluriels alors que certains ne manient qu’au singulier. Abordant un thème intemporel – l’adultère – et complexe, Feydeau expose le désir de vengeance de deux femmes à l’honneur bafoué ainsi que les différentes façons de concevoir l’amour et la sexualité.. De ce fait, la pièce en elle-même ne peut être qu’une réussite. L’alliance avec le monde pailleté des années septante rajoute de la kitch attitude et un comique scénique plutôt plaisant. Le DJ trônant, tel Dieu le père, sur la scène où la trame se déroule sans se soucier de sa présence, est indubitablement un renouveau théâtral mettant en exergue toute l’illusion comique sur laquelle se base l’essence même du théâtre. Il va de soi que ces différences notoires et ces excentricités rendent la pièce des plus plaisantes.

Toutefois, celle-ci traine en longueur (deux heures et demie entrecoupées d’un entracte) et manque parfois de sobriété, ce qui aboutit à un léger abrutissement, heureusement passager…

Malgré ces quelques bémols, en nous proposant ce spectacle, le TTO ne fait pas de nous les malheureux dindons de la farce « feydeauienne » !

Pour Le Bourlingueur Du Net, Carole