Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Les monologues de la marijuana

Théâtre Les monologues de la marijuana

Publié par Rédacteur, le 9 décembre 2011

Les monologues de la marijuana

De Arj Barker, Doug Benson et Tony Camin

Mise en scène de Tilly

Assisté de Gregory Prate

Avec James DeanoStéphane FenocchiRiton Liebman

Lumières Xavier Lauwers
Costumes Carine Duarte

Au Théâtre de Poche du 6 au 31 décembre 2011 et du 13 au 21 avril 2012 à 20h30

Durée : 1h15

Fumer ne tue pas mais fait rire

« We don’t need no education, you’re just another brick in the wall ». C’est avec la chanson « rebelle » de Pink Floyd que débutent « Les monologues de la marijuana ». Que faut-il comprendre ? Deux choix se sont offerts à moi : soit le débat sera articulé autour de l’oppression de notre société quant aux questions de la drogue, très (trop) souvent  jugées taboues. Ou bien va-t-on assister à une discussion plus légère et sensibilisant aux vertus du cannabis, de l’herbe, du joint, du shit, du haschich,…  Enfin, de la marijuana.

Après les premiers dialogues, je finis par cocher la deuxième proposition. Trois comédiens sur scène introduisent le débat : « que ceux qui sont pour la légalisation applaudissent ! » Je vous laisse deviner la réaction du public.

Mais d’où viennent ces monologues pro-cannabis ? Les trois auteurs des monologues de la marijuana sont américains. Leur œuvre a été acclamée à New York. Elle est aujourd’hui reproduite en français pour la première fois au Théâtre de Poche. Arj Barker, Doug Benson et Tony Camin comptent plus de 60 ans d’expérience de la marijuana (mais comme le temps passe plus lentement lorsqu’on fume, vous pouvez compter le double), grâce à laquelle ils ont pu accumuler de nombreuses informations et anecdotes sur la drogue douce la plus célèbre.

Au final, on assiste à un véritable hymne à la Marijuana qui apportera son lot de rires et de larmes. Il est vrai que l’humour utilisé par les trois comédiens pro-cannabis (l’un deux est interprété par un certain James Deano) n’est pas particulièrement d’un haut niveau mais à force d’avoir les oreilles titillées par herbe et joints, le public devient lui-même stone. Les trois comédiens ont vendu la mèche (du pétard) : ils réclament la légalisation de la marijuana. À la fin de la pièce, on se rend compte que le public a la main verte lorsque les applaudissements fusent.

PS : Avis à tous les enfants qui liraient cet article, ne fumez pas et ne reproduisez pas les gestes des comédiens ; ce sont des professionnels !

Philippe Vincke