Brèves 2 Brelles de Devillard par Sauvadet aux éditions Joker

Publié par admin, le 6 novembre 2014

breves 2 breles

Critique : 

Bon, je vais être franc dès le début, la moto, ce n’est pas mon truc. Malgré cela, ayant quelques amis motards, je me suis laissé tenter par la lecture de cet ouvrage au synopsis relativement intrigant. Mal m’en a pris, n’ayant pas du tout accroché à l’histoire ni même au dessin, j’en ressors avec ce sentiment que l’univers des motards est un univers de beauf’s comme on n’en fait plus, pourtant, les gens que je fréquente dans cet univers étaient loin de me laisser penser cela d’eux…

Les histoires courtes ont été tellement raccourcies qu’elles n’ont plus aucun sens, dur pour un non initié de trouver un semblant d’humour dans ces quelques planches qui plairont certainement aux quelques motards qui se retrouveront dans les situations décrites mais certainement pas pour le public amateur de bande dessinée habituellement. Au niveau du dessin, on prend la série « Moto Raleuses » aux éditions du même nom et on change juste le nom de l’éditeur et le nom de la série,un plat réchauffé comme les maisons d’éditions les aiment bien de nos jours, une forme de flunchisation de la bande dessinée en quelque sorte mais aux tarifs du Louis XV.

Une bande dessinée à classer entre l’huile de moteur et les vilebrequins mais certainement pas dans un rayon littérature car il faut bien l’avouer cela ne vole pas bien haut et frise à certains moment le ridicule.

Droit de réponse de Madame Devillard :

 

Bonjour ! Auteur et scénariste de Brèves de Brêles, je me permets une réponse à cet article pour le moins étonnant voir décapant.
Vous n’avez pas aimé l’histoire ? Ce sont DES histoires ! Où sont les « beauf’s » ? La directrice du golf ? Le mécano ? L’enfant et le motard ? Le café des orgues ? Les urgences… j’ai beau les chercher,
je n’en vois pas l’ombre d’un seul. Vous parlez d’histoires raccourcies… votre cerveau, de toute évidence étriqué, a oublié qu’il s’agit de BD pas d’un roman. Un plat réchauffé ? Retrouvez dans les annales de la BD moto une seule histoire déjà éditée…
Et les dialogues… vous auriez aimé du Baudelaire ? Ceux qui ont vécu ces histoires apprécieront le mot ‘ridicule ». En général, je ne réponds pas aux coincés du bulbe, mais là, c’est avec un immense plaisir. Je me gausse de votre bêtise sans limite. Vous osez vous qualifier de professionnel quant à juger une BD ? Un conseil, abstenez vous, vous n’en avez pas l’envergure. Les lecteurs apprécieront…

breve2 breve3 breve4

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...