Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Dalida, caméléon et kaléidoscope souvent peu écouté

Littérature Dalida, caméléon et kaléidoscope souvent peu écouté

Publié par Luigi, le 9 mai 2016

La véritable Dalida

par Emmanuel Bonini

Edité par : Pygmalion

Date de parution : 27 août 2004

Synopsis :
Après avoir vécu une enfance difficile au Caire, des débuts professionnels qui ne la destinaient pas à une carrière de chanteuse et une succession d'amours malheureuses, Yolanda Gigliotti, devenue Dalida, ne connut pourtant jamais le bonheur, même parvenue au sommet de la notoriété. Au fil des années, elle se retrouva prisonnière d'un entourage qui entendait la façonner à sa guise. Parce qu'elle ne sut jamais lui dire "non" et qu'elle plongea dans une solitude de plus en plus oppressante, elle choisit un jour de s'évader par le suicide. C'était en mai 1987. Pourquoi cet acte définitif ? Quelle femme meurtrie se cacha derrière une artiste admirée dont tout le monde salua le haut degré d'exigence dans le travail ?

Dalida… Ses complexes, ses tabous, ses blessures, ses espoirs, ses fougues, ses jubilations ont trouvé des chemins, des passerelles, des abris à travers ses chansons. Il fallait bien 350 pages pour retracer son incroyable parcours fait d’éclats mais aussi de grands malheurs, de coups de poing dans le ventre.

Elle en a encaissé des choses, Dali. En plus des nombreux morts de son existence, elle était entourée d’une cour qui ne la voyait que comme une star et qui lui faisait croire que le travail était le meilleur des remèdes. A travers un récit impressionnant, rigoureux, bien nourri, passionné et en même temps lucide, Emmanuel Bonini nous parle d’une grande dame perpétuellement en quête d’elle-même. Un ouvrage idéal pour avoir une vue d’ensemble de l’une des histoires les plus tragiques de la chanson française.

Issue de trois cultures différentes, le personnage Dalida aura tout vécu avec passion et amour, même si elle n’y croyait plus une fois le virage des années 80 amorcé. Et il est toujours intéressant de lire un produit non passé entre les mains policés d’Orlando, frère de l’artiste aujourd’hui gardien du temps et de la mémoire de Dalida.

Une artiste qui fera d’ailleurs l’objet d’un film biographique – produit par Pathé avec 15 millions d’euros – sur grand écran l’année prochaine. Rendez-vous après le 11 janvier 2017 sur « Le Bourlingueur du Net » pour lire sa critique.

Luigi Lattuca