« Dieu n’habite pas la Havane », coup de cœur littéraire de la rentrée

Publié par , le 10 septembre 2016

dieu-nhabite-pas-la-havane

Voilà un roman que l’éditeur décrit comme « un chant d’amour ». Et il a visé juste !

Les amours impossibles ont transcendé bon nombre de romans et de films pour ce qu’elles comportent de plus fort et ce qu’elles présentent de plus intense de l’âme humaine. L’instabilité et la fluidité nous emportent. Tout comme l’écriture de Yasmina Khadra, auteur masculin habitué des pseudonymes pour défendre les écrivains algériens.

Yasmina a le sens du verbe, de la répartie et une façon de philosophie vraiment touchante et contagieuse. On retrouve l’absurde de la vie, la quête narcissique de chacun, l’amour de la musique (dont il arrive à restituer les odeurs), les ténèbres sur nos chemins, les aveuglantes passions. Dieu n’habite pas la Havane est un récit fluide qui accroche directement sans jamais plus vous lâcher. Il nous emporte à Cuba et est donc idéal à lire au soleil lors des températures caniculaires annoncées pour la semaine prochaine.

Et puisqu’on parle de lumière, on conclura en disant que ce genre de fiction révèle des parcelles de vérité incroyables. Merci Yasmina Khadra !

 

Luigi Lattuca

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...