[Essai] Pourquoi la pauvreté ne fait-elle pas scandale ?

Publié par , le 26 janvier 2016

Livre de Catherine Herszberg

La pauvreté est un fait historique qui existe depuis la nuit des temps. Le monde a toujours été composé de riches et de pauvres, ce qui fait que ne nous naissons pas tous égaux. Égaux en droit, d’une part (même si on tente de nous faire croire le contraire), et même pas égaux socialement parlant.

Alors que les politiques avaient prévu d’éradiquer le taux d’extrême pauvreté et la faim dans le monde pour 2015, celui-ci n’a fait qu’augmenter et engendrer une situation d’inégalité croissante. Le but est de créer toujours plus mais avec moins de moyens… ce qui n’est pas sans conséquences : privation des services publics, de l’enseignement supérieur, de la santé, délocalisation, réduction de salaire/pension, responsabilisation de l’individu et renforcement de la concurrence (c’est le plus fort qui gagne). Notre société connaît une pauvreté dis qualifiante où l’individu est refoulé du marché de l’emploi : « Pas assez qualifié », « Ne rentre pas dans les normes édictées par l’annonce », … Effet boule de neige : l’homme va petit à petit entrer dans la précarité avant de tomber dans la pauvreté. Etre pauvre, c’est manquer de ressources, de plus avoir accès à des loisirs, c’est aussi moins sortir avec ses amis et sa famille, en un mot se couper socialement.

Mais pourquoi alors la pauvreté ne fait-elle pas scandale ? C’est ce que Catherine Herszberg, l’auteur de cet essai, tente d’analyser dans ce livre très accessible nourri de statistiques et surtout d’entretiens qui dresse un portrait politique et social de la France en crise. Parce que tout le monde ne connaît pas la crise, parce que les politiques n’en parlent tout simplement pas… sauf en période électorale. En attendant, ils préfèrent éviter le sujet (comme une ménagère qui évite les poussières en y déposant un tapis dessus), laisser les Restos du Cœur (et autres associations) s’en occuper, nous rendre plus vulnérables en abusant d’un vocabulaire baignant dans le politiquement correct, et autres joyeusetés. « Diviser pour mieux régner » avez-vous dit ?

La classe moyenne est-elle en voie de disparition ? Pas grave, il suffira de donner quelques pièces d’or au peuple pour éviter tout débordement, de coller jusqu’au bout les morceaux d’un patchwork qui ne tient pourtant vraiment plus…

Un essai conseillé. Fluide, rapide à lire et éclairant avec des voix qu’on fait semblant de ne pas entendre.

 

Par Maria-Lisa Lattuca

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...