Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « La vraie vie », Alain Badiou (éditions Fayard)

Littérature « La vraie vie », Alain Badiou (éditions Fayard)

Publié par Luigi, le 22 septembre 2016

la-vraie-vie

par Alain Badiou

Edité par : Fayard

Date de parution : 24 août 2016

Synopsis :
« La toute première réception officielle de la philosophie, avec Socrate, prend la forme d’une très grave accusation : le philosophe corrompt la jeunesse. Alors, si j’adopte ce point de vue, je dirai assez simplement : je viens corrompre la jeunesse en parlant de ce que la vie peut offrir, des raisons pour lesquelles il faut absolument changer le monde et qui, pour cela même, imposent de prendre des risques. Aujourd’hui, parce qu’elle en a la liberté, la possibilité, la jeunesse n’est plus ligotée par la tradition. Mais que faire de cette liberté, de cette nouvelle errance ? Filles et garçons doivent découvrir leur propre capacité quant à une vraie vie, une pensée intense qui affirme le monde nouveau qu’ils entendent créer. Que vivent nos filles et nos fils ! » A. B.

Alain Badiou est philosophe, dramaturge et romancier. On comprend mieux pourquoi il s’emporte au fil des pages de cet essai qui démarrait si brillamment.

En 118 pages, l’intellectuel invite la jeunesse à s’interroger sur le sens à donner à sa vie et l’exhorte à utiliser sa liberté en prenant des risques pour changer le monde. C’est la jeunesse qui est au centre de tout. Pour changer le monde, il faut conserver une agilité, une souplesse d’esprit… et une certaine jeunesse. Sauf que celle-ci a presque fait disparaître la vieillesse. Nous vivons dans des sociétés obsédées par l’apparence, préoccupées par ses nouveaux paramètres car les anciens ne sont plus (service militaire pour les hommes, patriarcat, femmes au foyer, …).

Quand on découvre la bibliographie personnelle de l’auteur, on n’est guère étonné de le voir chercher si loin et de ne pas se soucier du lectorat populaire dans la seconde partie du livre. Les connaissances sont foisonnantes et nous font réfléchir mais on perd un peu le fil vers la fin. Le livre aurait tellement gagné à être plus limpide et à brosser l’essentiel, son format court le permettant.

A découvrir si on est très, très curieux.

 

Luigi Lattuca