Pinocchio de Chauvel par McBurnie aux éditions Delcourt

Publié par admin, le 23 novembre 2014

228976_c

Critique :

Pinocchio, Pinocchio, mens moi nous disaient ces dames… Au plus ton mensonges sera grand au plus profond tu t’engouffreras gloussaient-elles sous leurs burkas de circonstance. De Burka, il n’est est point question au sens propre du terme dans cet album aux Editions Delcourt, nous parlerons plutôt de cette couverture en dessous de laquelle se cachent bien au chaud maître Renard et son fidèle chat d’égout, métaphore bien entendu de ces têtes biens pensantes que l’on voit fleurir à la tête de nombreuses institutions éditoriales.

On va encore nous dire que nous n’aimons rien mais il faut bien avouer que cette fin d’année amène son lot de déception quel que soit l’éditeur. Delcourt n’échappe pas à la règle et nous fournit son Pinocchio, un sujet maintes et maintes fois ressassé au point d’en être à creuser plus bas que terre pour lui trouver quelque chose d’intéressant et neuf. Ici point de Pinocchisme, disons le tout de suite, cette bande dessinée à 18 euros n’a sa place qu’à Attrappe Nigaud Land, probablement une métaphore du monde de l’édition dans lequel les pauvres éditeurs viennent planquer quatre sous en en espérant des Louis d’or..

Un dessin plaisant, d’un auteur australien âgé seulement de 26 ans, dommage qu’il soit noyé dans un scénario qui part dans tous les sens sans ne jamais arriver nulle part, une marque de fabrique qui commence à donner un style à certains éditeurs, la médiocrité n’est elle pas dans ce bas monde l’apanage des grands ? Qu’à cela ne tienne, nous sommes demandeurs de retrouver McBurnie dans un vrai scénario avec une histoire qui pourra lui permettre de se faire connaître du grand public d’une autre manière que dans l’indifférence et la médiocrité générale.

Evaluez cet article :
1 Star2 Stars3 Stars4 Stars5 Stars (No Ratings Yet)
Loading...