Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Remèdes à la mélancolie » : une plongée littéraire délicieuse avec Eva Bester

Littérature « Remèdes à la mélancolie » : une plongée littéraire délicieuse avec Eva Bester

Publié par Luigi, le 16 novembre 2016

bester-evacchristophe-abramovitz-radio-france

par Eva Bester

Edité par : Autrement

Date de parution : 26 octobre 2016

Synopsis :
« Je voudrais que ces pages soient consolatoires. Si elles vous donnent le goût d'écouter une chanson, de lire, de danser, ou vous divertissent simplement, leur mission sera accomplie. » Eva Bester rassemble et raconte mille et un remèdes à la mélancolie glanés au fil de ses entretiens sur France Inter. Livres, musique, films, recettes, idées réconfortantes : de Bertrand Blier à Sébastien Tellier, de Marie Desplechin à Gérard Garouste, de Tonino Benacquista à Philippe Stark, chacun dévoile ses antidotes personnels en cas de spleen.

Les éditions Autrement – spécialisées dans les ouvrages de sciences humaines – nous ont envoyé ce livre dédié à la mélancolie. La mélancolie, ce mouvement entre ivresse déambulante et ligne tracée.

Mélancolie totalement esthétique et assumée

L’auteure y questionne, notamment à travers des entretiens de son émission du même nom sur France Inter, notre rapport à elle afin de nous consoler… mais aussi de nous stimuler. Notre détresse ou notre appel au secours et le dévoilement de notre réalité ne doit pas nous décourager mais, au contraire, nous donner à voir que ce sont les prises de consciences douloureuses comme celles-ci qui montrent que la réalité des sentiments.

Et si la mélancolie peut devenir un beau miroir c’est aussi avec cette tolérance pour soi-même et s’accepter.  10538648-17315448

Un sujet bien maîtrisé

Dense, concret, vibrant, poétique même, l’ouvrage est un délice. Goethe disait : « Quand on ne parle pas des choses avec une émotion pleine d’amour, ce qu’on dit ne vaut pas la peine d’être rapporté. » et on sent qu’Eva Bester maîtrise  et aime son sujet. Il est déal pour s’enfermer dans sa bulle d’automne… à l’heure où le brouillard revient.

 

 

Luigi Lattuca