Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Lucas Belvaux et ses 38 témoins

Cinéma Lucas Belvaux et ses 38 témoins

Publié par Loïc Smars, le 13 mars 2012

Après un beau succès critique pour Rapt, Lucas Belvaux revient avec un nouveau projet fort : 38 témoins.
L’histoire commence par l’arrivée de Louise (Sophie Quinton), de retour d’un voyage d’affaires en Chine et qui découvre qu’un meurtre a été commis dans sa rue et que personne n’a entendu quoique se soit. Son mari (Yvan Attal), fait partie de ces 38 personnes habitants aux alentours du crime qui n’ont rien entendu : il était en mer. Et si une ou plusieurs personnes avait entendues quelque chose ? Et si son mari en faisait partie ?

Intrigué, comme vous à la lecture de l’histoire, j’étais impatient de connaître le dénouement de cette intrigue, plongé comme on peut l’être, dans un polar bien ficelé. Pourtant, très vite, on se rend compte que le polar n’est que secondaire. D’ailleurs, le tueur est vite relégué au second plan et on s’attarde plutôt sur les personnalités des 38 témoins qui changent leur version du meurtre.

L’autre partie du film, s’attardera sur la relation de couple entre Louise et son mari et l’évolution qu’elle peut prendre après un évènement pareil. Que se soit la peur, le choc ou simplement le regard que portera l’un sur l’autre.

Les deux fils rouge de Lucas Belvaux, font justement la force du film qui n’aurait pas gagné grand-chose finalement à n’être qu’un simple polar. Cela fonctionne et passionne.

Le cadre du film (Le Havre) ne joue en faveur que du métier du mari, qui, pilote de bateaux servant à aiguiller les énormes paquebots, peut se réfugier derrière un métier où il peut s’absenter à n’importe quelle heure du jour et de la nuit.

Au niveau de l’interprétation, on retrouve plusieurs visages connus du cinéma français comme Nicolas Garcia ou Yvan Attal, impeccable, encore une fois. On regrette malgré tout, une performance parfois fadasse de Natacha Régnier dans un petit rôle de mère déboussolée. Dans le coin des découvertes, Sophie Quinton qui tient ici le rôle principal manque malheureusement trop souvent de naturel.

38 témoins est film puissant par son dénouement, loin des sentiers battus et par l’interprétation, une nouvelle fois intéressante (après celle de Rapt) d’Yvan Attal. Malheureusement, en face de lui, Sophie Quinton fait ce qu’elle peut. Heureusement, le film n’en est jamais gâché !

En salle, dès demain !