Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Moni Mohsin : Petits arrangements avec le mariage

Littérature Moni Mohsin : Petits arrangements avec le mariage

Publié par Rédacteur, le 25 juin 2012

Dans un décor de guerre et d’attentats au Pakistan, on assiste à la vie futile d’une femme riche de la haute société. Un jour, elle se voit confier une mission par sa tante Pussy : trouver une épouse pour son fils Jonkers. Les mariages arrangés sont monnaie courante chez les riches familles pakistanaises. Mais attention il ne faut pas n’importe quelle épouse…. Il faut une femme digne de leur famille ! L’héroïne du roman a des idées très arrêtées et superficielles… A savoir qu’une fille normale est une fille «  papier peint » et que les professeurs sont trop pauvres !

Difficile de nouer d’amitié avec l’héroïne qui est exaspérante à chaque page tant son discours peut se montrer dégradant. La vie de son pays ne l’intéresse pas et que des gens se fassent sauter par des bombes, ce n’est pas son problème…Tout ce qu’elle souhaite c’est être à la pointe de la mode, sortir dans des endroits branchés et parader devant ses amies avec ses nouveaux escarpins !  Elle clame avoir une vie heureuse étant donné qu’elle a «  un mari, un fils, une grande maison, des serviteurs, une vie mondaine, des voitures, des placards remplis de bijoux, et j’en passe »…

La couverture est attrayante mais le roman est loin d’être percutant. Le style du livre n’accroche pas.

Les lapsus ressemblent plus à des fautes grammaticales qu’à des jeux de mots…« Tu es soupe sonneuse », «  cachets de panacétamol », « les casinos de Mont et Carlos »,  « Je parle comme une analphabétique»…Il en arrive à se demander si c’est réellement volontaire… Dans ce cas, la maison d’édition l’aurait sans doute remarqué !

Le livre ne séduit pas, l’histoire ne décolle pas et les dialogues manquent de consistance sauf lorsque que le mari essaie de sensibiliser son épouse au contexte de son pays meurtri.

Certains diront retrouver dans ce livre Bridget Jones ou Carry Bradshow dans Sex and The City… La seule ressemblance est l’attrait à la mode de Carry Bardshow.

L’auteure pakistanaise, Moni Mohsin n’en n’est pas à son premier roman. Elle a écrit The End of innocence, qui a été récompensé par le Patras Bokhari Priz, un prix littéraire prestigieux au Pakistan. Elle a également écrit The Diary of a Social butterfly, inspiré de ses propres chroniques parues dans l’hebdomadaire pakistanais The Friday Times. Son dernier livre « Petits arrangements avec le mariage » est un best-seller en Inde et au Pakistan…

Petits arrangements avec le mariage, Moni Mohsin, traduit de l’anglais par Christine Barbaste, 280 p., Ed. Fleuve Noir

Stellina Huvenne