Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Brussels Summer Festival : petit épilogue …

Musique Brussels Summer Festival : petit épilogue …

Publié par Simon, le 26 août 2017

20904142_10155676051184343_720045588_o

Au début de ce mois se déroulait le Brussels Summer Festival 2017, en plein coeur de la capitale. Le Bourlingueur du net a pu assister en entièreté à la soirée du 10 août et passer furtivement durant la seconde moitié de celui-ci afin de tâter l’ambiance : voici un bref aperçu de ce qui a été donné à voir et à entendre (entre autres) durant cette partie pour cette édition.

Pour le Bourlingueur, les festivités débutent à l’Orange Stage, au Mont des Arts, le lendemain de la prestation de la pétillante chanteuse française Jain. Si cette dernière à fait le show devant un parterre plein à craquer (soirée sold-out), ce n’est pas tout à fait le cas pour lorsque le groupe  de punk rock celtique belge The Black Tartan Clan débarque sur scène aux alentours de 19h15. La foule est clairsemée et nombreux sont les spectateurs qui regardent de loin le concert débuter. Il est vrai que le style musical de cette soirée au Mont des Arts est quelque peu « en décalage » par rapport à ce qui a été proposé aux spectateurs durant les jours précédents…

20883837_10155179413459232_1295118384_o

Cela n’empêche pas le groupe de se donner à fond afin d’essayer (sans toujours y parvenir) de mettre le public dans sa poche. En effet, on sent une envie du groupe de faire bouger la foule qui reste cependant assez statique. La pluie qui tombe depuis le début de la journée n’y est sans doute pas pour rien. Mais pour qui apprécie le punk rock c’est plutôt un moment agréable à passer. Le groupe fait preuve d’une bonne énergie sur scène et on voit clairement que les membres prennent du plaisir à jouer ensemble… d’autant qu’il s’agit d’un concert d’adieu pour la formation ! On retiendra d’excellents titres comme « Beer and Women » ou « Don’t Walk Alone » qui tapent bien fort dans les oreilles, et dont les mélodies s’imprègnent facilement dans la tête. Pour ceux qui voudraient revoir l’intégralité du concert, c’est ici . C’est sur la toute fin du concert que quelques spectateurs entament un petit pogo parmi les premiers rangs, ce qui donne un avant goût (à petite échelle) de ce qui va suivre …

La suite, c’est Mass Hysteria, groupe de rock/métal de langue française qui a déjà plus de 20 ans d’activité scénique. A nouveau, peu de monde devant la scène alors que le matériel se met petit à petit en place. Et la pluie qui ne s’arrête pas … C’est d’ailleurs ce que fait remarquer le chanteur Mouss lorsque le groupe débarque : « Merci aux courageux qui s20885132_10155179412389232_2097558793_nont présents malgré le temps ». Mais à peine les premières notes de la chanson d’ouverture « Chiens de la casse » entamées, c’est immédiatement la bousculade devant la barrière de sécurité ! Un pogo qui ne s’arrêtera pas une seconde jusqu’au dernier titre du groupe : l’hymne « Furia » repris en coeur par l’ensemble de la foule (qui est un peu plus importante sur la fin). Pendant une heure top chrono le groupe enchaine les titres à grande vitesse, si bien que celui-ci se retrouve en avance sur l’horaire prévu. Ce qui lui permet de rajouter en exclusivité un titre supplémentaire (« Tout est poison ») à sa set-list, pour le plus grand bonheur des fans présents. L’ambiance est survoltée et on peut remarquer que l’équipe de sécurité est un peu surprise de l’allure de champ de bataille prise par la fosse (quelques téméraire tentent même de faire du crowdsurfing…). Mais tout cela se passe dans une ambiance « bon enfant », et lorsque le groupe quitte la scène on remarque pas mal de visages souriants (et fatigués) : Mass Hysteria à fait le job ce soir. 20841484_10155179412994232_2110776292_o

Après une telle débauche d’énergie, c’est maintenant au tour de Trust de jouer. D’un coup la foule se masse devant la scène et il est tout de suite plus difficile de circuler sur la place du Mont des Arts… On sent que le groupe est fort attendu. Et il se fait attendre car il débute le show avec un léger retard sur le planning prévu. Les musiciens entrent alors l’un après l’autre sur scène, c’est le mythique chanteur Bernie qui apparait alors en dernier sous les applaudissements nourris de la foule. En effet, 40 ans de scène déjà pour ce groupe, cela force le respect ! Cependant, le groupe déroule son concert de manière un peu trop carrée, et Bernie semble hésitant sur certaines paroles, s’aidant d’un parolier pour éviter les trous de mémoire. Cela l’empêche quelque peu d’établir un bon contact avec le public car il fixe plus le sol qu’il ne jette des regards vers la foule… 20891540_10156471989063835_1310715462_n        

Bien que le groupe joue ses titres de manière irréprochable, il manque quelque chose à la prestation : un peu de folie, d’imprévu… Le concert se déroule et la foule remue légèrement, mais rien de comparable à ce qu’on a pu voir lors de la prestation précédente. En fait, on a un peu l’impression que chacun attend la chanson finale, celle que tout le monde à déjà au moins entendu une fois… Après 1h30 de show correct mais sans plus, le groupe éteint les lumières afin de plonger la scène dans le noir total. Surgissent alors dans les enceintes les riffs d’ « Antisocial » !  Final en apothéose certes, mais on aura attendu peut-être un peu trop longtemps pour assister à ce moment  bref d’euphorie.

20864390_10156471981453835_1877042852_nLe surlendemain, on retrouve l’artiste Milow au même endroit. A nouveau, difficile de se faufiler parmi la foule qui est très compacte. Sur la scène l’artiste flamand assure le spectacle. Entouré de son groupe et accompagné au chant par une choriste, l’artiste transforme véritablement l’assemblée présente en une chorale géante ! On peut le constater sur sa chanson phare « Howling at the moon » . En plus celui-ci n’est pas avare de paroles et interagit régulièrement avec son public, ce qui ajoute une dimension un peu intimiste à la prestation.

Le lendemain on passe vite faire un tour pour assister au concert de Puggy . A l’image de l’artiste flamand de la veille, le groupe belge assure une performance sans fausse note. Beaucoup de nouvelles chansons sont jouées mais également les incontournables comme « How I Needed You » et « When you know ». Avec ce genre groupe on peut clairement affirmer que la scène musicale belge se porte bien ! 20883616_10155676051309343_1534628207_o

Vient alors le tour du groupe français Boulevard des Airs. C’est un véritable orchestre qui officie sur les planches. Trompettes et saxophones résonnent dans toute la capitale … et plutôt deux fois qu’une ! Le groupe fait un tel tabac en jouant une première fois son titre « Bruxelles » que le public en redemande : avant de quitter la scène définitivement, le collectif rejoue à nouveau le même titre pour notre plus grand plaisir. 20915798_10156471986033835_1642774628_n 20883835_10155676051814343_88440458_o (1)

On arrive alors déjà au dernier jour du festival.  En début de soirée on déambule tranquillement sur la Place des Palais alors que résonne en fond les sons du groupe anglais Goldfrapp. Prestation franchement en demi-teinte devant un public peu réactif. Mieux vaut alors se rediriger une nouvelle fois vers le Mont des Arts, cette fois pour écouter le groupe français de reggae/rap/hip-hop Jahneration. Tout à l’opposé, ici, le public est à bloc : « Est-ce qu’il y a des amateurs de hip-hop à Bruxelles ? » … Rugissement de la foule en guise d’acquiescement. Belle surprise que ce groupe qui met les spectateurs présents à contribution en organisant une « battle » de chant entre personnes féminines et masculines ; mais c’est pour finir par déclarer que le mieux est encore de chanter tous ensemble à l’unisson.

Mais il est temps maintenant de revenir sur nos pas pour assister à la tête d’affiche de ce festival : les Pet Shop Boys20904196_10155676072279343_1311438503_oLa densité de spectateurs par mettre carré est la plus haute de toute la quinzaine. On oublie vite cela lorsque le duo anglais débarque et se lance dans plus d’une heure et demi de concert. On se croirait dans une discothèque géante tellement le show de lasers, néons et autres est impressionnant. Côté performance musicale à proprement parler, rien à relever, un spectacle à l’image du groupe : classe et  bien rôdé. Les aficionados sont ravis, les simples amateurs un peu plus perplexes.

Le concert se termine passé minuit et la foule se disperse … avant de revenir très probablement en nombre l’année prochaine… !!

En guise d’épilogue, nous dirons pour notre part que, rien que la petite partie à laquelle nous avons pu assister durant cette édition 2017 du B.S.F nous a convaincu que ce dernier fait maintenant partie de la cour des grands. Une affiche au top, une organisation sans failles. On ne peut qu’encourager chacun à s’intéresser à l’affiche de l’année prochaine et à venir y faire au tour, même bref, afin de s’imprégner de l’ambiance tout fait particulière qui y règne. A bon entendeur …

Et pour retrouver toutes les photos de cette édition, une seule adresse, la page Facebook officielle du festival :

https://www.facebook.com/bsfestival/