Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Interstellaires » : Mylène Farmer change de cieux et ça lui réussit !

Musique « Interstellaires » : Mylène Farmer change de cieux et ça lui réussit !

Publié par Luigi, le 8 novembre 2015

Mylene-Farmer-Interstellaires

Interstellaires
par Mylène Farmer

Producteur : Martin Kierszenbaum

Date de sortie : 6 novembre 2015

Cœurs qui saignent, cœurs qui aiment, votre moral sera remonté grâce au nouvel album de Mylène Farmer. Celle qui est toujours caricaturée avec le chandelier qui lui permettra de se pendre, revient lumineuse, à l’image de la pochette de son disque ci-dessus.

Des paroles pleines d’espoir et une musique plus fraîche qui réussit le pari de ne pas trahir son ancien univers. De toute façon, ça faisait un moment qu’on avait l’habitude de voir Mylène Farmer sourire et chanter l’amour gai (et non plus meurtri) mais cela perdait de sa saveur. Était-elle encore inspirée ? Oui, nous avions osé nous poser la question. Des guitares rock style « Anamorphosée » (1995), des pointes électro quand même (elle les aime vraiment) et des refrains célestes. Enfin ! C’est ce qu’il fallait à cette artiste qui apparaît souvent comme perdue, voulant s’échapper ailleurs.

A défaut d’obtenir un disque flottant à la Björk (certains en rêvent), Mylène continue d’être mainstream et parvient à faire confiance à quelqu’un d’autre que son producteur de toujours Laurent Boutonnat. Martin Kierszenbaum (qui a bossé avec Lady Gaga) a réussi à pénétrer son univers et à se mettre au diapason avec Mylène dans un studio londonien. Car oui, la grande icône française s’est remise à composer. Des années qu’on attendait ça ! La dernière fois, c’était pour donner un coup de main à Laurent Boutonnat sur « L’amour n’est rien » en 2005. Ça en fait des bonnes raisons d’écouter cet album. Un disque qui paraît plus incarné que les précédents. Mylène semble la première ravie et étonnée de cette nouvelle aventure. On lui pardonnera donc les habituels termes « saigner », « aimer », « passer à côté de sa vie » devenus assez redondants au fil des ans.

Tout cela fait plaisir… Et voici une raison supplémentaire pour clôturer cet article : le titre « Love Song » au refrain percutant qui monte, monte… Comme un beau final de concert. On aimerait bien souffler l’idée à Mylène, elle qui dit encore réfléchir à une prochaine tournée. Elle n’arrivera pas tout de suite mais « le plaisir d’y revenir est intact ».

Luigi Lattuca