Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » La Confec-ssion amoureuse de Sebastien Tellier.

Musique La Confec-ssion amoureuse de Sebastien Tellier.

Publié par Tanguy, le 25 novembre 2013

SebastienTellier_Confection_web

Confection
par Sebastien Tellier

Producteur : Sebastien Tellier

Date de sortie : 14 octobre 2013.

Site web : https://www.facebook.com/sebastientellierofficial

Paru à la mi-octobre, Confection de Sebastien Tellier est un peu passé inaperçu au milieu de la foule de sorties de fin d’année : Anna Calvi, Paul McCartney, Motorhead, Gesaffelstein, et surtout, Arcade Fire. Mais il n’est jamais trop tard pour en parler.

Principalement instrumental, le 7ème album de ce gourou barbu et excentrique s’annonce d’emblée plus mélodique, et surtout, moins allumé que son prédécesseur My God Is Blue.

La sobriété est au menu donc, et on peut facilement imaginer l’artiste chipoter avec son synthé et trifouiller avec sa guitare sur chaque morceau, tant les compositions  sont naturelles, épurées et dénuées d’effets et de fioritures : la musique et rien d’autre.

Certains apprécieront cette ballade un peu kitsch de 35 minutes, d’autres moins. En effet, le compositeur s’est amusé à livrer plusieurs versions d’un même morceau : L’amour naissant, qui se décline en trois plages éparpillées sur l’album, leur offrant une nouvelle perspective et une nouvelle interprétation à chaque fois. Ce qui peut donc lasser ou fasciner, selon les goûts. Waltz atteint des sommets dans le domaine de la ringardise, et donne soit l’impression d’avoir été interprétée par un enfant de 8 ans, soit par un esprit dérangé ou sous l’emprise de la drogue, ce qui est ici plus plausible. D’autres titres comme Hypnose offrent une place de choix au piano et sont plus que convaincants dans leur composition, classique et poétique.

Sebastien Tellier s’est donc avant tout fait plaisir, sans rechercher à se réinventer. Un album qui pourrait sans aucun doute servir de BO pour un film, ou encore, idéal pour se relaxer au calme chez soi. Quant aux concerts, c’est à voir…

Synopsis :