Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Lazaretto : onze nuances de blanc

Musique Lazaretto : onze nuances de blanc

Publié par Nicolas Melan, le 3 juin 2014

Art

Lazaretto
par Jack White

Producteur : Jack White

Date de sortie : 10 juin 2014

Site web : www.thirdmanrecords.com

 Intitulé Lazaretto, le deuxième album solo de Jack White sortira le 10 juin prochain. Il est depuis aujourd’hui en écoute libre sur internet.

Co-fondateur des White Stripes, la superpuissance rock des années 2000, monsieur  White semble couler des jours paisibles à Nashville où il a érigé son fief, la maison de production Third Man Record. Le complexe musical voit le jour en 2009 et comprend studio d’enregistrement, salle de concert, laboratoire photo et même une boutique. De quoi maîtriser la production artistique de A à Z. C’est dans cette autosuffisance musicale, parmi une communauté de musiciens doux-dingues, affublés tel des mormons, que Lazaretto est né.

Alors quoi de neuf sous le soleil de Tennessee ? Un album qui, comme le précédent, Blunderbuss (2012), colle à la peau du compositeur. Jack White livre avec Lazaretto un patchwork hétéroclite où se côtoient folk, rock’n’roll, hip-hop, fusion et pop.

Oui, hip-hop, cela s’est fait petit à petit mais la rock star a développé  des talents de chanteur-rappeur, comme en témoigne le premier single Lazaretto. Ceci dit, les onze titres de l’album transpirent des expériences et du parcours du musicien.  Des réminiscences de Dead Weather au rock country des Raconteurs, il ne manque que la candeur des White Stripes, dommage.

Malgré les riffs mathématiques, les chassés croisés pianos et guitares, les chausse-trappes sonores et autres traquenards rythmiques, l’album a un arrière-goût de réchauffé. Certains morceaux, très country-pop (Alone in my Home, Want and Able) , frôlent la guimauve. D’autres exposent une surenchère d’arrangements et de mise en scène sonores qui sont tant de forces mal maîtrisées. Parce que Jack White parait ne pas s’être vraiment investi dans son travail. Il offre ce qu’il connait, ce qui est certes honorable, mais on en veut plus. C’est comme si ces dernières années, passées à jouer au producteur, avaient quelques peu ramolli l’artiste…

Synopsis :
http://www.youtube.com/watch?v=sRbnAxrS3EM