Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » M. Pokora – « My Way », un hommage à Claude François

Musique M. Pokora – « My Way », un hommage à Claude François

Publié par Luigi, le 23 octobre 2016

m-pokora-my-way

My Way
par M. Pokora

Producteur : TF1 Entreprises

Date de sortie : 21 octobre 2016

Sur ce disque où il semble prendre beaucoup de plaisir, M. Pokora rend hommage à un artiste qui l’a beaucoup inspiré, « un artiste complet » comme il l’a énoncé : Claude François. Vous étiez certainement au courant vu que la promo est assez intensive (avec même un numéro hors-série du célèbre magazine « PODIUM » racheté par Claude François avant sa mort). Normal, ce disque est produit par TF1 Entreprises qui a décidé de bien mettre en avant le beau blond d’ici le début de sa nouvelle tournée (concert à Bruxelles en mars).

« Claude François n’était pas un artiste que j’écoutais. Mais je le connaissais, comme tout le monde, au travers des fêtes de famille, des mariages, des clubs, etc. Ma mère l’écoutait et ma tante était carrément fan. » raconte d’ailleurs Matt dans les pages de ce numéro exceptionnel.

Un CD inégal et poussif

Mais que vaut-il ce disque ? C’est assez inégal sans être totalement catastrophique. On ne peut pas nier que la production y est. Elle est soignée mais s’est voulue trop moderne. Le duo « Rio De Janeiro »/ »Belinda » (titres 3 et 4), on s’en souvient encore après l’écoute… mais pas pour la qualité des arrangements. Ce n’est pas très subtil. « Rio… » est fade tandis que « Belinda » fait penser à ces sons house très superficiels des plages de vacances.

Si ce disque arrive logiquement après une tournée triomphante (d’ailleurs montrée sur TF1 après la finale de « The Voice Kids » 3) où Matt Pokora a fait preuve de son talent de danseur et d’entertainer, on avait tous très peur. Les chansons de Claude François sont comme celles de Mike Brant, Jo Dassin ou de Dalida : ancrées dans une époque, dans les esprits. Il suffit de prononcer comme les premiers mots pour que la liesse populaire se soulève.

La pop pure est ici mise de côté au profit de sons plus funky, parfois plus house mais point palpitants pour la simple et bonne raison qu’on sent que ce disque était comme une obligation pour obtenir un renouvellement de contrat.

 

Luigi Lattuca