Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Mustii : « Le live musical me procure plus que le théâtre ! » [Interview]

Musique Mustii : « Le live musical me procure plus que le théâtre ! » [Interview]

Publié par Luigi, le 11 août 2016

2 - Mustii-4

The Darkest Night (EP)
par Mustii

Producteur : Black Gizah Records

Date de sortie : 12 févr. 2016

En sortant de scène samedi dernier au Ronquières Festival (où il a fait un tabac), Mustii a accordé une interview au Bourlingueur du Net. Il avoue avoir « hâte de faire la moule », lui qui n’arrête pas depuis la sortie de son premier EP (infos ci-dessus). D’autres concerts sont également prévus… et la rediffusion de la série « La Trêve » (dans laquelle il tient un rôle régulier) se fera fin du mois sur France 2. Soyez attentifs : le phénomène ne fait que commencer !

Vous enregistrez actuellement votre premier LP…

C’est bien ça, sa sortie est prévue en janvier donc je m’active dessus (rire). Il sortira toujours chez Black Gizah, le label du producteur et directeur Kid Noize. Après, on verra si on collaborera avec d’autres labels pour sa distribution mais l’idée est vraiment de le terminer pour le début de l’année prochaine. C’est mon projet personnel car je suis auteur et compositeur. Kid Noize, lui, est mon guide.

Mustii, ça vient d’où ?

C’est mon nom de famille Mutin sans le « n » et avec un « i » en plus…

Et tous ces titres entendus à Ronquières étaient déjà disponibles ?

Cinq sont sur l’EP sorti en février (Amazon, iTunes, Spotify, stands de concerts) et d’autres seront à retrouver sur mon album. Les gens ne connaissaient pas encore.

La musique réussit-elle à vous faire vivre ou vos contrats de comédiens sont aussi utiles ?

Je peux vivre grâce à mes deux métiers : acteur et musicien. C’est très jouissif de vivre de sa passion.

Et niveau filmographie, où en êtes-vous ?

Je joue, avec Romain Duris dans une comédie qui sera le 31 août en salles : « Un p’tit boulot« . Le 7 septembre, il y a « Les Survivants« , un film belge avec Fabrizio Rongione et fin de l’année sortira « Grave » qui s’est fait remarqué à Cannes. Puis, d’autres projets arriveront mais je ne peux pas trop en dire. Début 2017, je reviendrai également au théâtre sur les planches du National à Bruxelles dans une création sur l’autisme.

Avec le timbre de voix que vous avez, vous-a-t-on encouragé à chanter ? Comment ça s’est passé ?

La musique est une passion depuis que je suis tout petit. A la fin de mes études de théâtre, j’ai commencé à composer et une fois les démos accumulées, je me suis dit qu’il fallait que j’en fasse quelque chose ! Il fallait trouver des musiciens et partager cela. Aujourd’hui, la musique occupe la moitié de mon temps et je me suis pris au jeu, j’ai envie d’écrire des choses car j’ai à dire… Je commence seulement à légitimer mon côté musicien. Le live en musique, c’est nouveau pour moi. C’est le premier été où je fais des festivals. C’est un état unique que je n’ai même pas au théâtre donc ça me donne envie d’approfondir cet état.

En concert, le répondant du public est immédiat…

Disons que le rapport avec les gens est tellement direct qu’on se sent très libre sur scène. Tout peut arriver et c’est excitant.

Et ce rapport existe car vous êtes très vif !

En tout cas, j’essaie d’être attentif à tout ce qui se passe, à tous les signes et à toutes les réactions du public. J’essaie d’être en lien avec lui. Il ne faut pas mentir en live sinon les gens le sentent et se laisser nourrir par les émotions qu’on ressent à l’instant T. Feed me (rires)…

Comment qualifieriez-vous votre genre musical ?

Il y a un peu de rock, de la pop et de l’électro. C’est un peu hybride, j’aime confronter les genres donc j’ai vraiment du mal à mettre des étiquettes dessus. J’aime beaucoup la musique des années 80 et j’écoute la new wave… Ça dépend des morceaux mais je fais de la pop à mon avis (sourire)… mais je dis ça pour voir large. Mon fil rouge sont mes thématiques sombres : l’angoisse, la solitude à l’adolescence, … Niveau musique, j’aime varier entre du up-tempo et des énergies plus fragiles.

Le dark a une autre dimension et éveille quelque chose en nous…

Des émotions pures et souvent de tristesse mais le but n’est pas d’être dépressif. Plutôt d’en ressortir vivant et être galvanisé. Le live doit être un moment d’énergie où je recherche la vie. De toute façon, on ne peut que l’être.

Et lorsqu’un artiste sort un album live, pas mal de gens ont du mal à retourner vers les morceaux studio…

Oui car il s’est passé quelque chose de différent. La voix offre d’autres émotions et les arrangements sont nouveaux. Je découvre ça et c’est unique pour moi !

Et si demain le succès va crescendo et que le métier vous happe, les salles grossiront certainement… Pensez-vous prendre le même plaisir à Forest National ou Bercy ?

Aujourd’hui, à Ronquières, la foule allait assez loin et il faut prendre ça en compte. J’ai joué au BSF à La Madeleine et le rapport intimiste était évident et plus facile. Ici, contraste : en plein air et ça s’étale loin. Mais il y a des moyens pour aller chercher les gens du fond : le regard, la voix, les gestes, … Je me pose souvent la question. A priori, rien ne vaut une salle où on se voit tous, les grands espaces plein air sont aussi jouissifs avec le contact avec le ciel, l’air, … Les gens sentent que ça influence l’artiste.

En parlant de live, vous serez prochainement au Cirque Royal et ce, sans être passé par l’AB…

Oui, directement, voilà (rire). J’aimerais vraiment faire l’AB mais je suis ravi pour le Cirque Royal qui est, pour moi, l’une des plus belles salles de Bruxelles. Son aspect théâtral m’excite beaucoup et je suis donc très impatient.

Pour terminer, parlons du visuel. Vous bossez sur des clips ?

Oui, je travaille sur le premier album donc le travail contient aussi du visuel évidemment. On pense à l’imagerie, c’est un travail lié. Je suis un gros fan de Florence and the Machine, c’est une grande source d’inspiration pour moi.

Interview > Luigi Lattuca

 

Prochaines dates de Mustii :

 

  • Seine-Sur-Sambre : 27 août
  • Namur (Solidarités) : 28 août
  • Cirque Royal : 21 octobre

 

Galerie photos > Jérémie Piasecki

2 - Mustii-9  2 - Mustii-1

 

2 - Mustii-3