Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Nicolas Ker présente « Les Faubourgs de l’Exil »

Musique Nicolas Ker présente « Les Faubourgs de l’Exil »

Publié par Luigi, le 21 février 2016

Nicolas Ker album

Les Faubourgs De L’Exil
par Nicolas Ker

Producteur : Nicolas Ker

Date de sortie : 13 février 2016

Site web : https://www.facebook.com/NicolasKerOfficiel/

Nicolas Ker est le genre d’homme à détester les routines et les hiérarchies, les carrières, les droits et les devoirs, tout le sérieux de la vie. Il se résignait mal à l’idée d’avoir un métier, des collègues, des supérieurs, des règles à observer et à imposer. Avec le romantisme d’une certaine époque et ses vingt ans, il a sûrement rêvé, comme tout poète, à de grands voyages où il fraterniserait, se saoulerait dans les bas-fonds, où il ferait le tour du globe. Il ne s’enracinerait nulle part (même s’il parle de Paris comme de sa « ville élue »), ne s’encombrerait d’aucune possession; non pour se garder vainement disponible, mais afin de témoigner de tout en musique. Toutes ses expériences profitent à son oeuvre. Oups, SES œuvres. Car il est très gourmand, Nicolas. Il est à la tête des groupes Poni Hoax et Paris, collabore sur le prochain album d’Arielle Dombasle et assure la promo de ce premier disque solo, Les Faubourgs de l’Exil. Sartre soutenait, lui aussi, que quand on a quelque chose à dire, tout gaspillage est criminel !

L’oeuvre d’art, l’oeuvre musicale, est, aux yeux de Nicolas Ker, une fin absolue. Elle porte en soi sa raison d’être, celle de son créateur. Entre mélancolie, dédain, dérision et précision musicale, Nicolas offre à son audience dix morceaux à la fois profonds et symphoniques où les violons se taillent une place de choix. Sa patte grâcieuse et habitée est désormais facilement reconnaissable, si bien qu’on aurait aimé un peu plus de diversité vers la fin. Mais nous sommes peut-être gourmands après avoir constaté toute la virtuosité de l’artiste. Sa nonchalance va même jusqu’à lui faire terminer l’album par un morceau où le mixage semble avoir été effectué à moitié et la voix enregistrée avec un dictaphone.

Un univers décidé et un album qui s’écoute facilement en cas de besoin de relaxation. On espère qu’il en appellera d’autres.

 

Luigi Lattuca

 

Synopsis :