Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Couple ouvert à deux battants – au Théâtre Poème – du 5 au 15 février 2015

Bruxelles Couple ouvert à deux battants – au Théâtre Poème – du 5 au 15 février 2015

Publié par Luigi, le 13 février 2015

002

Couple ouvert à deux battants

Une pièce de Dario Fo
Mise en scène par Toni Cecchinato
Avec Franck Dacquin, Carmela Locantore Avec la courte apparition de Benoît Francart

Compagnie : Théâtre Poème ( http://www.theatrepoeme.be/ )

Durée : 1h30 (sans entracte)

Synopsis :

Antonia, femme mariée respectable, nous raconte sa vie de couple déboussolée depuis que son ingénieur de mari la délaisse tout en multipliant les conquêtes. Désespérée, se sentant abandonnée, elle tente vainement de se suicider. Le mari, sourd à ses appels au secours, finit par lui proposer une union libre, où chacun pourrait aller voir ailleurs, selon son gré. C’est l’exceptionnel « couple ouvert » ! Nous sommes rapidement impliqués dans les péripéties cocasses qui découlent de ce choix et entraînent les protagonistes dans des directions inattendues. Cette comédie, écrite sur un ton burlesque et émouvant, propose une dissection au scalpel des rapports amoureux d’un couple à la recherche d’un deuxième souffle.

 

On ne le dira jamais assez, le couple doit réinventer ses rituels amoureux. Pourquoi ne pas se faire un dîner en tête à tête, parler de soi, prendre du temps pour l’autre, inventer des nouveautés pour susciter le désir et, dans le meilleur des cas, se rappeler à quel point c’était passionné « au tout début ».

Pour faire la guerre à l’ennui, le mari de la pièce – incarné par un truculent et toujours très juste Franck Dacquin – se prend quelques maîtresses et suggère à sa femme d’aller un peu voir ailleurs, elle aussi. Sauf que les hommes et les femmes ne sont peut-être pas faits de la même trempe et lorsque les sentiments s’en mêlent pour madame (une Carmela Locantore qui bouillonne comme si elle avait viscéralement vécu les événements), et bien, les choses se compliquent… Elle décide d’être honnête et de tout avouer à monsieur qui se rend compte qu’elle n’a pas compris les règles. Finalement, tel est pris qui croyait prendre. Et la pièce nous démontre, dans l’ultime démonstration un peu pathétique de la scène finale, que ce genre d’arrangement ne peut finalement fonctionner que si les deux parties sont d’accord pour entrer dans la même dynamique.

Fluide, avec quelques bons mots et de bonnes idées de mise en scène, ce « Couple ouvert à deux battants » version Théâtre Poème démontre donc très simplement que la pièce de Dario Fo possède du relief derrière le burlesque. Les comédiens se régalent et nous avec (surtout à la fin).

 

Pièce jouée dans le cadre du Festival Dario Fo et Franca Rame.

 

Par Luigi Lattuca