Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Démons me turlupinant » au Rideau de Bruxelles du 6 au 24 janvier

Le Rideau de Bruxelles « Démons me turlupinant » au Rideau de Bruxelles du 6 au 24 janvier

Publié par Charlotte Ziskos, le 10 janvier 2015

Démons me turlupinant

Démons me turlupinant

Une pièce de Patrick Declerck
Mise en scène par Antoine Laubin
Avec Brice Mariaule & Hervé Piron et les lecteurs d'un soir : Ludovic Barth, Michel Collige, Axel Cornil, Michael Delaunoy, Frédéric Dussenne, Philippe Grand'Henry, Eno Krojanker, Denis Laujol, Jérôme Nayer, Stéphane Olivier, Benoit Piret, Claude Schmitz, Christophe Sermet, Vincent Sornaga, Baptiste Sornin, Renaud Van Camp et Pierre Verplancken.

Durée : 1h50 (sans entracte)

Synopsis :

J’étais en cloque. En cloque de textes et de moi-même.

Antoine Laubin et Thomas Depryck reprennent leur dialogue passionné avec l’écriture de Patrick Declerck qui avait donné lieu au très beau Dehors.
Prix Rossel 2012, Démons me turlupinant évoque avec un humour ravageur et libératoire l’enfance bruxelloise de l’auteur, les week-ends à Ostende avec l’ombre de James Ensor toute proche, une mémé caractérielle, un père prêt à partir n’importe où… et bien plus tard, pour faire injure au temps qui passe, la psychanalyse et l’écriture.

Sur scène, deux acteurs, doubles de Patrick Declerck, explorent les mots et l’espace, fouillent le sens et la matière. Par associations libres, ils s’emparent du puzzle d’une vie et reconstruisent l’œuvre d’un homme.

 

« Démons me turlupinant » est le nom du 6ème roman de Patrick Declerck. En réalité, on peut parler d’un essai biographique. Adapté par Antoine Laubin, cette pièce est jouée par deux comédiens talentueux : Brice Mariaule et Hervé Piron.

Le roman (et donc, le texte du spectacle) n’est pas réellement un roman. Il s’apparente plutôt à un essai autobiographique voire, à un essai sur la psychanalyse. Peut-être un peu trop « dense » à appréhender sur une scène de théâtre. L’auteur, dans son texte d’origine a soigné sa plume et offre un très bon livre au public. Ce n’est malheureusement pas le cas au théâtre. La beauté du texte est dénaturée car, un texte joué n’a pas la même saveur qu’un texte lu. Surtout quand on parle d’un texte comme celui de Patrick Declerck.

Ce texte mérite d’être lu à tête reposée pour quelqu’un qui le découvre pour la première fois. Il est, en effet, difficile d’apprécier la pièce assez longue et méritant plus de lenteur. C’est peut-être là le plus gros défaut de la pièce : avoir voulu en faire trop en un seul spectacle.

Néanmoins, Brice Mariaule et Hervé Piron sont tous les deux très convaincants sur scène. Leur chaleur apporte un réel plus et établit une communication particulière avec le public. Leur discours se construit en même temps que leur bibliothèque sur scène. Une façon donc, de rendre le texte concret pour, finalement, découvrir « Démons me turlupinant ».

Par Charlotte