Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Dragon d’or, de Roland Schimmelpfennig, à partir du 25 mars au Varia

Varia Dragon d’or, de Roland Schimmelpfennig, à partir du 25 mars au Varia

Publié par Sophie, le 6 mars 2014

dragon d'or

LE DRAGON D'OR

Une pièce de Roland Schimmelpfennig
Mise en scène par Sofia Betz
Avec Sandrine Bastin, Vincent Minne, Pierre Sartenaer, Candy Saulnier, Baptiste Sornin

Compagnie : Cie Dérivation

Synopsis :

Dans la minuscule cuisine du Dragon d’or, resto express typiquement chinois-thaï-viet … les cuisiniers s’affairent autour de woks qui grésillent. Ce soir-là, le Nouveau, clandestin et fraîchement débarqué de Chine, souffre d’un terrible mal de dent qui va être vite soigné : une pince rouillée, un p’tit coup de schnaps, et zou, la dent s’envole dans la soupe Pad Thaï n° 6 dont la jeune hôtesse de l’air va se délecter… A présent, il y a de la place dans la bouche du petit nouveau. De quoi avoir une conversation longue distance avec oncles, tantes, parents qui demandent des nouvelles. Comment c’est l’Europe ? Comment se porte ta sœur ?
Et tandis que Le Dragon d’or crache ses saveurs exotiques allant du super épicé au pas trop s’il vous plaît et que le Nouveau se vide de son sang dans la petite cuisine, les clients se quittent ou se réconcilient dans la salle du restaurant ou dans l’immeuble. Quant à la sœur ? Tapie dans les réserves de l’épicier du coin, elle attend son heure…

De cette pièce à tiroirs aux allures de fable pour 5 acteurs et quelque 17 rôles, Sofia Betz entend en principal questionner la déshumanisation dans ce qu’elle a de plus établi. Des mondes d’or et de crasse se superposent et se collent l’un à l’autre. Ils s’alimentent et se nourrissent, au sens propre comme au sens figuré, sans pour autant que s’oublient le « chacun pour soi » et le « chacun chez soi » à tous les étages. Rien, semble-t-il, ne peut traverser les murs et les plafonds, si ce n’est l’écho des peurs qui suintent à grosses gouttes, et les bêtises, irrémédiablement humaines, qui chuintent sourdement : un tout inextricable dont nous faisons partie, et qui nous renvoie ces deux belles et difficiles choses que sont le « vivre » et le « vivre ensemble »…