Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Enfer au Théâtre de la Toison d’Or

Toison d'Or Enfer au Théâtre de la Toison d’Or

Publié par Charlotte Ziskos, le 21 septembre 2014

Enfer

Enfer

Une pièce de Dominique Bréda
Mise en scène par Dominique Bréda
Avec Jean-François Breuer, Catherine Decrolier, Thomas Demarez, Julie Duroisin et Amélie Saye

Synopsis :

Du 11/09 au 18/10/14 du mercredi au samedi à 20h30

Dans les flahahammes de l’enfer

Vous étiez prévenus. Vous n’avez pas été sage au purgatoire, vous irez en enfer. Un enfer pavé de drôles d’intentions puisqu’il s’agit du deuxième tableau de la trilogie de Dominique Bréda, le premier « Purgatoire » ayant connu un succès rédempteur. On dit en général que l’enfer est pire que le purgatoire. Nous, on se demande si ce n’est pas le contraire. Encore plus explosif, plus cruel, plus abrasif… Bref, encore plus drôle, avec cette succession de scènes courtes qui vont nous emmener crescendo vers le pire et nous faire rire de tout ce qui devrait nous faire pleurer. L’enfer veut se moquer de nous ? Nous survivrons en nous moquant de l’enfer. Habillez-vous léger, il fera très chaud dans la salle.


« Enfer » par Charlotte

Deuxième volet d’un triptyque de Dominique Bréda (Délivrez-nous du mal dernièrement au TTO). Il faut savoir qu’il n’est pas « utile » d’avoir vu Purgatoire pour comprendre « Enfer ».

En effet, la pièce se présente comme une succession de scénettes courtes traitant chacune d’un sujet différent. Et c’est là que se situe la particularité de ces sujets : ils sont parfois tabous, parfois très « durs » à aborder. Et pourtant, Enfer nous fait rire.

Je pense qu’il faut un réel talent pour que le public puisse rire à l’unisson sur des sujets assez délicats comme ceux qui ont été abordés dans la pièce. Dominique Bréda y arrive sans problèmes avec ses formidables acteurs :  Jean-François Breuer, Catherine Decrolier, Thomas Demarez, Julie Duroisin et Amélie Saye.

Les acteurs n’en faisaient ni trop, ni trop peu. Selon moi, le dosage était juste comme il le fallait. La preuve en est que le public a été très réceptif. Celui-ci a beaucoup ri, du début jusqu’à la fin.

Mais attention, même si cette pièce est drôle. Elle n’en reste pas moins intelligente. On se surprend à rester conscient de l’envie de Breda d’aborder des thèmes assez difficiles tels que l’alcoolisme, la maladie ou encore, la guerre. Avec « Enfer », le public « rit intelligemment » et cela fait un bien fou !