Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Gilles et la nuit à Cathargo du 05/02 au 14/02

Bruxelles Gilles et la nuit à Cathargo du 05/02 au 14/02

Publié par Marie Eve Standaert, le 13 février 2015

568527_1

Gilles et la nuit

Une pièce de Hugo Claus
Mise en scène par Christophe Sermet
Avec Itsik Elbaz et Muriel Legrand

Compagnie : Compagnie du Vendredi

Durée : 1h30 (sans entracte)

Synopsis :

Gilles et la nuit est un mystère de bruit et de fureur, le procès théâtral d’un dieu vivant, confronté à l’insondable gouffre de toutes ses violences: politiques, guerrières, intimes… Le débat public d’un monstre avec sa passion sans mesure, où le diabolique et le divin laissent place au vide intemporel, où l’humain doit se frayer un chemin dans sa propre nuit. Hugo Claus s’aventure dans les zones les plus sombres et inavouables de l’individu: désirs sans limites, pulsions indéfendables, innommables… Dans un grand espace nu, un homme et une femme en public. Lui, invective le vide en face de lui, où devaient se trouver ses juges. Elle, chante comme Jeanne d’Arc, dont Gilles de Rais fut le compagnon d’armes au temps de sa splendeur. Jeanne, sa sœur, son âme perdue, dont il est le sombre négatif. Elle lui rappelle les voix des choeurs d’enfants.

Jouée dans une ancienne zone industrielle reconvertie en théâtre, « Gilles et la nuit » voudrait nous entrainer dans l’esprit tourmenté de Gilles de Rais. Seul sur scène dans cet espace dénué de tout décor, Gilles s’adresse à ses juges figurés par 7 chaises vides.
Le texte d’Hugo Claus est d’autant plus enveloppé de mysticisme grâce aux chants de Muriel Legrand. Pourtant, malgré l’interprétation habitée d’Itsik Elbaz qui paie visiblement de sa personne, la sauce ne prend pas ou peu. Le résultat est plutôt maigre et fade pour un non-initié. D’ailleurs, parmi les spectateurs présents ce soir-là, plusieurs ont visiblement cédé aux appels de Morphée durant la représentation.
Peut-être vaudrait-il mieux réserver cette pièce à un public plus qu’averti.