Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « Hibernatus » à Paris du 10.01. au 29.03.2015

Paris « Hibernatus » à Paris du 10.01. au 29.03.2015

Publié par Luigi, le 23 février 2015

1 Hiber

Hibernatus

Une pièce de Jean Bernard-Luc
Mise en scène par Steve Suissa
Avec Jean-Luc Reichmann, Ingrid Chauvin, Raymond Acquaviva, Anouchka Delon, Romain Emon, Nicolas Messica et Baya Rehaz.

Compagnie : Théâtre de la Michodière (Paris) ( www.michodiere.com/ )

Durée : 1h30 (sans entracte)

Synopsis :

Hubert et Edmée voient leur existence bouleversée le jour où l’on retrouve au pôle Nord un homme conservé dans la glace : l’arrière-grand-père d’Edmée. Pour lui épargner le choc de découvrir qu’il a hiberné 100 ans, la famille redécore la maison et s’habille comme en 1914.
En s’éveillant, Paul rencontre sa descendance mais rien ne va pas se passer comme prévu…

 Le défi était de taille en ce début 2015 : s’attaquer à un grand classique du cinéma français avec Louis de Funès dans le rôle-titre. Ici, deux comédiens populaires pour déjà attirer le public : Jean-Luc Reichman qui officie tous les midis sur TF1 pour un jeu se révélant très vite insupportable pour ses petits jingles tout droit sortis d’une attraction de Disneyland, et miss Ingrid Chauvin en tête de gondole de bons nombre de téléfilms unitaires ou « de séries » sur TF1 (et M6).

Il faut avouer que le premier des deux est nettement plus doué pour la comédie que pour le policier. Il s’investit corps et âme dans cette nouvelle pièce qui aborde notamment le sujet de la chirurgie esthétique. Quant à Ingrid Chauvin, elle avait drôlement besoin de s’amuser après ses nombreux rôles dramatiques sur la première chaîne d’Europe (ou plus récemment sur France Télévisions). On la redécouvre ici dans une composition assez solaire, souvent naïve mais assez agréable. Elle a notamment transformé son timbre de voix pour endosser le rôle d’Edmée autrefois tenu par Claude Gensac.

La pièce en elle-même est plutôt bien écrite (avec l’aide de l’un de nos compatriotes, Eric-Emmanuel Schmitt) même si on aurait sans doute aimer que Jean-Luc Reichman ne répète pas aussi souvent au début qu’il ne voulait pas vieillir. Les comédiens portent très bien le texte et semblent se régaler. On sent aisément l’excellente connexion et les ondes positives qui se propagent entre eux.

Ils sont, en outre, aidés par de très jolis décors. Mention spéciale à celui du début XXème.