Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » Intérieur voix, de Delphine SALKIN, au théâtre du Rideau, à partir du 25 novembre

Le Rideau de Bruxelles Intérieur voix, de Delphine SALKIN, au théâtre du Rideau, à partir du 25 novembre

Publié par Sophie, le 6 novembre 2014

intérieur voix

INTÉRIEUR VOIX

Une pièce de DELPHINE SALKIN
Mise en scène par Delphine Salkin
Avec Raymond Delepierre, Isabelle Dumont, Delphine Salkin et Pierre Sartenaer.

Synopsis :

SEPT ANS DE MALENTENDUS. MAL ENTENDUE.
En 2001, alors qu’elle joue Athéna dans l’Orestie, Delphine Salkin sent soudain sa voix se briser sur le mot « loi ». En scène, personne ne s’aperçoit de rien. Pourtant, durant des années, elle ne pourra plus parler sans effort, plus chanter « bon anniversaire », à peine pourra-t-elle répondre au téléphone…

Depuis, elle a été à la rencontre de professionnels de la voix, qu’ils soient du domaine médical ou artistique, elle a accumulé des matériaux sonores et visuels, surprenants, drôles, instructifs.
Aujourd’hui, elle retrouve le chemin du plateau et imagine, avec ses partenaires, la chronique d’une voix perdue et retrouvée.
Comme un hommage à la beauté fragile de la voix, de toutes les voix.

critique de la pièce:

Quatre comédiens, deux hommes, deux femmes, se présentent sur scène dont une à l’aide d’une ardoise. Trois comédiens se font les narrateurs du dernier qui donnent sa voix aux autres!
On assiste moins à une pièce de théâtre qu’ au témoignage en direct d’une vie ambiguë du fait d’une voix abîmée, aiguë, qui file vers l’aphonie, une sorte de documentaire mis en scène. Ce partage théâtralisé m’a réellement fait prendre conscience de la préciosité, valeur de ma voix, faculté presque innée qu’on croit à tort immortelle. Aussi fragile que la vie, la voix joue des tours à chacun et parfois plus à quelques uns comme Delphine SALKIN. Elle m’a ému par sa vulnérabilité, sa persévérance, sa témérité face à des docteurs, des pronostics, des opérations qui s’enchaînent, s’emmêlent et l’enlisent dans l’incertitude, le silence jusqu’à …