Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » La convivialité (Théâtre National – 27/09 > 15/10/16)

National La convivialité (Théâtre National – 27/09 > 15/10/16)

Publié par Simon, le 1 octobre 2016

imgres

La convivialité

Avec De et avec : Arnaud Hoedt, Jérôme Piron Création vidéo : Kévin Matagne Co-mise en scène : Arnaud Pirault, Clément Thirion Aide à la mise en scène : Dominique Bréda Assistante : Anaïs Moray Conseiller artistique : Antoine Defoort Régisseur générale: Michel Ransbotyn Régisseur lumière : Guillaume Rizzo et Jacques Perera Régisseur vidéo et son : Kevin Matagne Développement du projet et diffusion : Habemus Papam (Cora-Line Lefèvre et Julien Sigard) Création : Compagnie Chantal & Bernadette Production : Chantal & Bernadette Coproduction : Théâtre National/Bruxelles Avec le soutien de L’ANCRE/Charleroi, du Théâtre La Cité/Marseille, de La Bellone/Bruxelles et de la compagnie La Zouze/Marseille Avec l’aide du Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles (service du théâtre)

Compagnie : Cie Chantal & Bernadette, Théâtre National/Bruxelles

Durée : 1h (sans entracte)

Synopsis :

L’intention de la démarche : permettre au public de s’autoriser un discours critique sur l’orthographe, de s’interroger sur ses enjeux démocratiques et sur la manière dont savoir et langage construisent la discrimination sociale.

L’orthographe est un outil. Mais quand un outil n’est plus au service de l’homme, et que c’est l’homme qui est au service de l’outil, est-ce toujours un bon outil ?

Ce spectacle est tout à fait original.
En effet, pendant un peu plus d’une heure 2 anciens professeurs nous donnent à voir leur vision de l’orthographe de la langue française. Et si, après réflexion, la langue de Molière, dans sa dimension écrite, était pleine d’arbitraire … et même d’absurdités !?

Pourquoi le pluriel de « bijou » doit-il s’écrire « bijoux » … ? Et de quelle genre d’obligation s’agit-il là ? Quelles sont les conséquences d’écrire « des bijous » sur une feuille de papier ou dans un e-mail ? ..? Pourquoi l’accord du participe passé est-il si complexe ? Ne serait-il pas en réalité inutilement compliqué ? Et lorsque l’on apprend que le seul son « s » peut s’écrire de 12 manières différentes en français, alors qu’en langue turque à chaque son ne correspond qu’une seule orthographe, il y a de quoi en perdre son latin !!

C’est ce genre de particularités de la « bonne orthographe », de la « vraie », celle des gens « qui écrivent bien », « sans fautes », que les deux acteurs remettent en question dans cette pièce. Quand on connait l’ampleur des débats que suscite chaque réforme (toujours avortée) de l’orthographe, les plus puristes d’entre nous pourraient bien avoir du mal à supporter cette remise en question…

Le tout nous est exposé via une bonne mise en en scène faite de jeux de lumières, de projections vidéos, de sons divers et même en suscitant la participation du public.

Voilà une bonne surprise pour ce début de saison. A voir jusqu’au 15 octobre au Théâtre National.