Sortie cinéma, actualité théâtre, sortie BD, festival de musique | » « La dame de chez Maxim » au Théâtre Royal du Parc

« La dame de chez Maxim » au Théâtre Royal du Parc

Publié par Thao Nguyen, le 28 septembre 2013

dame_maxim_web

La dame de chez Maxim

Une pièce de Georges Feydeau
Mise en scène par Miriam YOUSSEF
Avec Anne-Pascale CLAIREMBOURG Julie DUROISIN Stéphane FENOCCHI John DOBRYNINE Nicolas OSSOWSKI Nicole OLIVER Sébastien SCHMIT Yannick VAN HEMERLRYCK François DOMS Charlotte BOURIEZ Gabriel ALMAER Laure CHARTIER

Compagnie : Le théâtre de la méduse

Durée : 2h30 entracte compris (avec entracte)

Synopsis :

Probablement la pièce la plus drôle de Feydeau. Ce fut aussi le plus gros succès qu’il connut de son vivant. Le Docteur Petypon n’est pas un noceur mais, entraîné par son ami Mongicourt, il fait la bombe jusqu’au petit matin et à midi il dort encore. Au réveil, il découvre dans sa chambre une jeune femme en déshabillé, la Môme Crevette, danseuse au Moulin Rouge. Pour notre plus grand plaisir, Feydeau nous entraîne dans une suite de quiproquos jubilatoires… qui permettent de découvrir une hallucinante galerie de personnages hauts en couleur.

 

 

Géniallissime !!!

Envie de vous déverrouiller les zygomatiques ? Ne cherchez plus ! La dame de chez Maxim a de quoi vous faire passer un moment de détente hilarant…

Avec des portes qui s’ouvrent et qui claquent ça et là, des quiproquos en cascade et un leitmotiv “Et allez donc! C’est pas mon père”, ce vaudeville a été joué plus de 1000 fois en 1900 à Paris, faisant de lui, la principale attraction touristique avec la Tour Eiffel !

L’histoire commence sur le réveil du médecin Petypon aux côtés d’une danseuse de cabaret, répondant au nom de « la môme crevette ». Celui-ci, au lieu de la congédier sur-le-champ, à l’abri des regards de sa femme, accumulera les idées plus saugrenues les unes que les autres: emmener la demoiselle au rire criard et aux moeurs légères à une fête de famille en la faisant passer pour sa moitié.

La pièce est extrêmement drôle ! Elle met en scène le choc des classes sociales, la famille ou plutôt l’adultère et les mensonges qui en découlent. Les grands notables bourgeois et la religion y sont tournés en ridicule.

Les personnages sont expressifs et attachants par leur singularité : on ne peut qu’adorer la môme crevette, par son culot, sa fraîcheur, son franc-parler et ses faux-airs de dame Ginette tirée du film français « Les Visiteurs » (même timbre de voix, mêmes manières, le côté aguicheur en plus). D’ailleurs, à l’instar de ce film culte, les péripéties s’enchaînent et s’accélèrent à un rythme effréné sans laisser de répit ni aux personnage ni aux spectateurs. Mentionnons également la prestation de Nicolas Ossowski qui, en plus de prêter ses traits au gentleman Mongicourt, meilleur ami de Petypon, incarne  de manière originale et schizophrène l’abbé et la duchesse, et ce, par le port simultané de deux moitiés de costumes différents. Si vous avez l’occasion de le remarquer, l’abbé ressemble à s’y méprendre au T-Rex du film d’animation des studios Pixar « Toy Story » de par sa posture et son sourire carnassier.

Enfin, le tout est agrémenté par une petite touche décalée en la présence d’un siège anesthésiant les personnes qui ont le malheur de déranger le protagoniste dans ses pensées pour se sortir d’affaire.

Un moment jubilatoire à passer entre amis et/ou en famille !

 

Thao Nguyen